Accueil Blog Page 2

Lexique de survie pour entrer dans une partie d’airsoft

0

Panique ! Vous débutez votre première partie d’airsoft et soudain avez l’impression que les joueurs parlent une langue étrangère ; si vous êtes débutant  il est fort probable que certaines expressions ou termes, souvent empruntés à l’anglais, vous semblent incompréhensibles. Gun-airsoft vous propose un petit guide lexical qui vous permettra de « parler Airsoft ».

 

Les équipements 

ACM (All China Made) : Ce terme désigne tout le matériel (répliques, accessoires, vêtements) fabriqué en Chine et dont le prix est très bas. Il s’agit de matériel « cheap » (c’est-à-dire « pas cher »). Ce sont des imitations ou contrefaçons qui sont souvent de moindre qualité.

All round : Réplique conseillée aux débutants car elle permet de jouer correctement sur tous les types de terrain.

Custom : Terme anglais faisant référence à la « customisation », c’est-à-dire aux modifications personnelles qui peuvent être apportées à une réplique. Il peut s’agir de modifications cosmétiques (peinture) ou d’ajouts d’accessoires internes ou externes permettant de faciliter la visée ou la prise en main.

Downgrade : Modification d’une réplique ayant pour objectif de réduire sa puissance ou sa cadence de tir. Le downgrade permet d’être en conformité avec la réglementation ou de sécuriser sa réplique.

Kick : Le kick désigne le recul d’une réplique. On qualifie de « bon kick » une réplique qui a un recul important, souvent synonyme de réalisme.

Vêtements /tenues

ACU (Army Combat Uniform) : Veste et pantalon de treillis issus de l’Armée Américaine.

Battle Dress Uniform ou BDU : Tenue d’inspiration militaire (camouflage) adoptée par la majorité des joueurs d’airsoft, il se constitue au minimum d’un pantalon de treillis et d’une veste de l’armée.

Ghillie suit : Combinaison de camouflage utilisée par les tireurs d’élite. Il s’agit d’un filet de camouflage (que l’on achète pré-fabriqué ou que l’on peut créer soi-même) agrémenté de divers éléments de végétation (naturelle ou synthétique). Elle offre un camouflage optimal, mais comme elle réduit considérablement la mobilité du joueur, elle est souvent utilisée par les snipers.

Issued : Vêtement ou équipement miliaire d’occasion vendu dans le civil, il a donc déjà été porté durant une opération. Les éléments issued que l’on achète dans les surplus militaires sont portés par les joueurs en quête de réalisme.

Multicam (MC) : Type d’imprimé camouflage adapté à une multitude d’environnements différents, le MultiCam est constitué d’une grande diversité de tons.

 

Les caractéristiques du jeu

L’arbitre : Ne le cherchez pas, il est facultatif dans l’airsoft. C’est l’organisateur qui s’assure que les règles de sécurité (port des protections, respect des zones neutres…) et de fair-play soient bien respectées.

Camper : Stratégie adoptée lors du jeu, surtout parmi les snipers, consistant à rester immobile dans une zone afin de pouvoir tirer discrètement sur l’adversaire, en limitant les risques de se faire repérer. L’action de « camper » s’opposer à celle de « rush ». Camper implique un jeu plus passif.

CQB (Close Quarter Battle) : Combat rapproché en indoor, dans un espace en intérieur, souvent urbain. Ce sont des parties en combat rapproché.

Drill : Qualifie une méthode d’entraînement en groupe, sur différents ateliers, visant à travailler à la fois la technique (précision, vitesse) et la coordination d’équipe ainsi que les capacités physiques.

Fairplay : Notion essentielle, indissociable de l’airsoft, qui assure le bon déroulement des parties en respectant à la fois les règles du jeu et ses adversaires.

Freelancer : Ce terme désigne un joueur qui n’appartient à aucune équipe ou association.

Head-Shot : Terme issu du monde du jeu vidéo qui désigne un tir en pleine tête, mais qui est fortement déconseillé en airsoft pour des raisons de sécurité et aussi de fair-play.

Highlander : C’est un un joueur qui ne se signale pas lorsqu’il est touché par une bille. Le highlander qualifie un mauvais joueur à éviter !

Médic (ou médecin) : Le médic est un rôle endossé par un joueur, c’est le médecin de l’équipe.

Milsim (military simulation) : Ces parties sont des affrontements « réalistes » impliquant des tenues militaires, des méthodes de jeu, répliques, des modes de communication et des objectifs ouvertement inspirés de conflits réels.

Nocturne: C’est une partie jouée de nuit, les joueurs adaptent alors leur équipement et accessoires pour évoluer et tirer dans l’obscurité.

OP : Diminutif d’ « opérations » ou « OPex », les OP correspondent à des parties d’airsoft qui se déroulent en extérieur, sur plusieurs jours à l’image de certaines opérations militaires réelles.

Orga(s) (organisateur). C’est la personne qui organise la partie. C’est lui qui est responsable de la sécurité, du respect des règles.

Out : Mot qui doit être crié par un joueur qui vient de se faire toucher par une bille ou une grenade. Une fois « out », le joueur doit alors rejoindre la zone neutre ou son camp, en levant ostensiblement sa réplique à la verticale, pour y attendre la fin de la partie.

Pro-gamer : Désigne un joueur d’airsoft ayant un équipement quasi professionnel et ayant une connaissance parfaite des répliques.

Respawn : Désigne le lieu à partir duquel on peut se remettre en jeu après avoir été sorti (mis « out »).

Rush: Action de courir vers l’adversaire en tirant.

Sniper : Terme anglais pour désigner un tireur embusqué.

Shoot : Le mot « shoot » vient de l’anglais et qui signifie « tir ».

Team : Mot anglais, qui signifie « équipe ».

Upgrade : Mot qui s’oppose au « downgrade » et qui signifie « up » monter et « grade » niveau, littéralement « monter en niveau ». Il s’agit d’augmenter la puissance d’une réplique pour accroître sa portée et ou sa précision et/ou sa fiabilité en remplaçant certaines pièces internes.

Zone neutre (ou safe zone): endroit situé géographiquement ou symboliquement en dehors de la zone de jeu donc protégé des tirs. C’est un lieu de repos, d’attente et de détente.

 

Et si vous voulez tout savoir sur le lexique des répliques, c’est ICI que ça se passe !

Entretenir votre réplique à gaz

0

Pas besoin d’être un expert pour maintenir longtemps sa réplique GBB en état de marche  : il suffit juste de bien connaître les mécanismes qui la composent et sont susceptibles de la fragiliser, d’être soigneux et de suivre les quelques précautions d’usage qui suivent.

 

Comment fonctionne une réplique à gaz?

Un GBB fonctionne grâce à une culasse qui réarme la réplique en un mouvement de va et vient, un chien tape la valve de gaz pour libérer celui-ci. Un chargeur contient les billes et le gaz.

Comme elles sont dotées d’une culasse mobile, les répliques à gaz Blowback sont sujettes aux frictions. Il est donc nécessaire de les démonter de manière partielle pour les nettoyer. Pour ce faire, dissociez le chargeur, la culasse et la partie inférieure.

Quel matériel ?

Prévoyez de vous installer sur une surface propre et nette. Munissez-vous du matériel suivant :

  • Huile de silicone en spray
  • Une tige de nettoyage pour le canon
  • Deux chiffons doux : un pour nettoyer votre réplique, l’autre pour enlever les excédents de lubrifiant.
  • Une petite brosse, type brosse à dents pourra vous permettre de nettoyer les impuretés situées dans les rainures et autres endroits inaccessibles.

Comment procéder pour une maintenance régulière ?

Tout d’abord démontez votre réplique et à l’aide du chiffon doux, essuyez chaque partie.

Ensuite appliquez de l’huile silicone au niveau de la culasse que vous bloquerez en arrière, vaporisez du silicone sur la partie découverte et à l’intérieur, ainsi qu’à l’interface châssis/culasse. Pour que l’huile pénètre sur toutes les parties, faites fonctionner la culasse à vide de manière répétée.
Dans la culasse se trouve une valve directrice qui oriente le gaz de manière à propulser la bille puis la culasse. Vaporisez du silicone à l’entrée et à la sortie de ce système.

N’oubliez pas que le chargeur est la pièce la plus sensible de votre réplique, il est donc important d’en prendre soin. Chargez des munitions et enlevez-les plusieurs fois d’affilée afin de retirer l’excès de silicone.
Il faut appliquer de la silicone avec précaution sur le joint de sortie pour le préserver du froid, de l’usure, et assurer une bonne étanchéité avec la culasse.

Vaporisez une dose de silicone directement dans la sortie de gaz afin de lubrifier la valve.

Enfin, lubrifiez le poussoir qui actionne la valve à l’arrière du chargeur. Assurez-vous que la réserve de gaz est vide et faites fonctionner la valve plusieurs fois à la main pour terminer l’opération.

Vous pourrez également huiler la totalité des mécanismes de détente afin que le mouvement de la gâchette reste fluide et efficace lors du tir.

Pour faciliter le réarmement du chien par la culasse, n’oubliez pas de lubrifier aussi légèrement le dessous de cette dernière, et le chien lui-même.

Attention, il est inutile de trop lubrifier !

 

L’entretien : à quelle fréquence ?

L’idéal si vous voulez que votre réplique soit au maximum de ses capacités le plus longtemps possible, c’est de l’entretenir après chaque journée d’utilisation.

Si vous ne l’avez pas utilisée depuis longtemps et que vous voulez vous assurer de son bon état de fonctionnement avant d’entamer la partie, une petite séance de nettoyage et révision des pièces pourra s’avérer utile.

 

 

 

 

 

Airsoft : les règles du jeu

0

Parce qu’il s’agit avant tout d’un jeu, l’airsoft obéit à des règles. Mais, l’utilisation de répliques d’armes implique un potentiel danger, et les règles qui régissent les parties d’airsoft exigent de la part des joueurs le respect des consignes de sécurité et un certain fair-play.

Des répliques et des billes réglementées

Le calibre des projectiles doit être compris entre 6 à 8 mm de diamètre et la masse entre 0,12 à 0,48 gramme.

Les répliques ou reproductions peuvent fonctionner avec du gaz, du Co² pressurisé, des batteries ou de l’air comprimé, et parfois un simple ressort (pour les répliques dites « spring ») avec rechargement et armement manuel. En France, la réglementation limite à 2 joules la puissance selon la réplique et la température extérieure. Ainsi, elles ne sont pas considérées comme des armes.

Règles de puissance des répliques :

  • 328 fps pour un équipement à gaz, électrique ou manuel tirant en rafale.
  • 450 fps pour un équipement à gaz, électrique ou manuel tirant coup par coup.

Une tolérance de 7 % est accordée, mais si la réplique est upgradée vous devez le signaler aux organisateurs qui ont le droit de l’approuver ou non.

Règles morales

Le fair-play est un prérequis au jeu. Dans un esprit sportif collectif, l’airsoft nécessite le respect de l’adversaire, des règles, des décisions des organisateurs…

Cela implique évidemment des qualités humaines que tous les joueurs d’airsoft sont invités à intégrer :  loyauté, maîtrise de soi, dignité dans la victoire comme dans la défaite.

A mi-chemin entre le lasergame et le paintball, on ne compte que sur l’honnêteté du  joueur touché pour se déclarer. Donc, dès que vous pensez avoir été touché par une bille, amie ou ennemie,  vous devez vous déclarer « OUT » en le criant haut et fort et en le signalant en levant ostensiblement votre réplique.

Les zones de jeu

Trois zones sont définies sur le terrain de jeu. Elles devront être signalées au préalable par les organisateurs et clairement identifiées par les participants.

  • La zone neutre : Dans cet espace, aucun tir ne doit être effectué depuis ou vers cette zone. Votre réplique doit être en position de blocage gâchette (sécurité) ou le chargeur doit être retiré.
  • La zone de test : Elle sert d’entrainement. Des cibles y sont placées pour régler vos répliques et vous entraîner au tir.
  • La zone de jeu. Dans cet espace s’affrontent les participants dont les yeux doivent être protégés. Tout airsofteur qui quitte cet espace est déclaré « Out ».

Mesures de sécurité 

Le port de lunettes de protection est obligatoire: Les yeux doivent faire obligatoirement l’objet d’une protection à l’aide d’un masque ou de lunettes répondant à des normes spécifiques. Vous devez les porter dès que vous entrez sur le terrain de jeu. Il n’y a que dans la zone neutre que vous êtes autorisé à les enlever.

Interdiction absolue de tirer, même « à vide » en zone neutre ! Voilà encore une règle de bon sens qui découle du fair-play… on ne met jamais quelqu’un en joue hors phase de jeu.

Ultimes règles pour un jeu serein …

On garde ses lunettes de protection sur la zone de jeu.

On utilise un équipement adapté qui vous permettra d’éviter les blessures.

On respecte les différentes zones de jeu.

On évite de tirer en pleine tête ! Et on évite même de tirer à moins de 5 mètres car inévitablement vous ne raterez pas votre cible !

On sécurise sa réplique dès que l’on sort de la zone de jeu.

Un joueur « Out » est hors du jeu : il ne communique pas, il n’est plus une cible potentielle.

Si le tir et donc la bille atteint la réplique de l’adversaire, cela ne compte pas comme un Out.

Se mettre dans la peau d’un sniper

0

Le sniper a un rôle stratégique lors d’une partie d’airsoft car il est celui qui allie deux qualités : la patience et le sens de l’observation. C’est le joueur qui est capable de se faire oublier de tous jusqu’au moment où l’un de ses coéquipiers a besoin de couvrir ses arrières. Le sniper c’est aussi celui qui, sans se faire repérer, contrôle à distance les déplacements de l’équipe adverse.

Le choix de la réplique

L’efficacité du sniper lors d’une partie d’airsoft tient en grande partie à la qualité de sa réplique et de ses accessoires : sans visée précise, il n’y a pas de bon tir.

Tous les passionnés vous l’affirmeront : le sniper doit s’équiper d’une réplique d’arme de poing semi-automatique et d’un fusil de précision avec un mécanisme à ressort.

Concernant l’arme de poing, l’idéal est de la transporter dans un holster, pour l’avoir à portée de main. Vous ne pourrez pas vous enfuir et tirer sur vos adversaires avec une réplique longue. De type AEP (répliques électriques)  ou AEG, les Spring (semi-automatiques) sont particulièrement adaptés car vous devrez être en capacité de tirer le maximum de coups en un minimum de temps…

Les répliques longues équipées d’un silencieux ou même d’un pied permettront au sniper de rester embusqué de longs moments sans se faire repérer.

Optimiser son équipement

La qualité première du sniper est celle de savoir se fondre dans le décor en toute discrétion, les joueurs de l’équipe adverse ne doivent pas vous voir. Il est alors indispensable de vous doter d’une tenue de camouflage adaptée type ghillie, choisissez-en une appropriée à l’espace et à la végétation du terrain dans lequel vous allez pratiquer.

Assurez-vous de choisir une tenue de camouflage confortable car vous serez amené à la porter des heures sans pouvoir beaucoup bouger.

Vous pourrez également customiser votre réplique pour la camoufler en utilisant du ruban adhésif noir ou encore des bombes de peinture militaire.

Le sniper : compétences et qualités

Vous voilà équipé de votre réplique et de votre tenue de camouflage ; reste à faire vos preuves sur le terrain de jeu ! Le sniper n’a pas le rôle le plus facile car ses coéquipiers attendent de lui une position d’attaque et de défense !

Le paradoxe du rôle de sniper c’est que malgré l’importance stratégique de ce joueur dans la partie, moins il touchera l’adversaire, plus il saura rester discret !

Le sniper est patient car il devra attendre, de manière invisible, pour impacter un autre joueur. Vos missions ne seront pas tant de tirer, mais de recueillir des renseignements et de saboter les plans de jeu de l’équipe adverse.

Physiquement le sniper doit être doté d’une bonne condition physique et d’une relative souplesse afin de garder une position (allongée, accroupie par exemple) le plus longtemps possible. Ramper est le mode de déplacement le plus efficace pour ne pas se faire repérer, à l’image des snipers militaires de carrière.

Patience, discrétion et hyper vigilance sont les trois qualités qui vous rendront performant sur le terrain de jeu. Alors maintenant, à vous de faire vos preuves !

Bonus : une vidéo qui fait le point de manière très complète sur l’équipement du sniper.

 

Bien se préparer pour partir en OP

0

Vous voilà prêt à vivre votre première OP : plusieurs jours sur le terrain de jeu ! Si les organisateurs ont prévu un abri chauffé pour la nuit, c’est parfait ! mais ce n’est que rarement le cas. Voici alors quelques conseils pour vous éviter toute déconvenue et vous assurer d’être au maximum de votre potentiel physique tous les jours que durera l’OP.

Se protéger du froid

Premier impératif : contrer la pluie et l’humidité qui pourraient vite venir gâcher vos nuits… il vous faudra donc venir avec votre tente ! Avec les modèles igloo pour amateurs d’outdoor ou modèles militaires, vous trouverez facilement à vous équiper.

Pas de tente sans tapis de sol et sac de couchage, il en existe à tous les prix et pour vous protéger de toutes les températures, même des plus extrêmes.

L’équipement de survie

Maintenant que vous êtes prêt à dormir relativement confortablement sans souffrir des aléas du froid, il faudra penser à vous éclairer et à vous munir d’une lampe torche solide, mais aussi d’une lampe frontale pour vous déplacer en pleine nuit avec les mains libres, ce qui vous évitera les désagréments qui pourront vite s’avérer dangereux (chute sur une branche d’arbre…).

Pensez également à la trousse de premier secours dotée, d’un sifflet que vous porterez sur vous, afin d’alarmer les autres airsofteurs et vous manifester en cas de chute, blessure ou malaise.

Le couteau de survie, couteau suisse, pince coupante, bracelet paracorde… sont indispensables, tout comme une gourde et de la nourriture.

Attention à ne pas apporter de produits alimentaires friables ou non rassasiants, prévoyez d’acheter avant votre OP, des rations de survie, particulièrement adaptées, celles conçues pour l’Armée française sont légères à transporter, variées dans leur choix, et se conservent très bien.

 

Penser à prendre aussi quelques vêtements de rechange : sous-vêtements (2 paires de chaussettes), tee-shirt, pantalon en cas de pluie vous serez heureux d’enfiler des vêtements sec le matin ! Ou alors optez pour des vêtements totalement imperméables si la météo prévoit de la pluie… certains modèles, pas cher, vous abriteront avec efficacité.

 

Un vêtement chaud, type polaire, est également nécessaire.

Et le sac ?

A présent, vous voilà prêt à ranger toutes vos affaires dans votre sac. Ne songez même pas à vous équiper d’une valise ou d’un sac en bandoulière  car vous devrez également transporter vos répliques, leurs recharges et votre équipement airsoft. Un sac militaire, aussi appelé « sac à dos tactique » sera parfaitement adapté puisque conçu pour les professionnels de terrain, habitués aux OP et à optimiser leur bagage.

De préférence, vous choisirez un modèle imperméable avec un système anti-transpiration, doté de sangles pour vous permettre de transporter sac de couchage et tapis de sol. Ces sac à dos tactiques présentent aussi l’avantage d’avoir de nombreuses poches pour y glisser petite trousse de toilette, téléphone, lampe torche, nourriture… sans avoir à vider l’intégralité de vos affaires pour retrouver ce dont vous avez besoin.

Et enfin, en plus du grand sac, n’oubliez pas d’apporter avec vous un petit sac plastique qui vous permettra de ne pas laisser derrière vous vos déchets. Les passionnés de loisirs outdoor sont soucieux de l’environnement dans lequel ils évoluent, et personne n’aime marcher sur des détritus en pleine forêt !

On récapitule?

Les consignes pour jouer en toute sécurité

0

Édictées par la Fédération Française d’Airsoft ou simples règles empreintes de bon sens, l’airsoft n’est pas un jeu dangereux à condition de respecter les consignes de sécurité. En effet,  comme tout jeu, il y a des règles qui visent à encadrer et uniformiser les pratiques, mais aussi à protéger les joueurs de tout danger potentiel.

Ces règles et interdits concernent les joueurs de la partie, mais n’oubliez pas les riverains qui doivent aussi être avertis de la durée et nature de votre activité afin qu’ils n’appellent pas la gendarmerie. Pour être à l’abri de toute mauvaise surprise, n’hésitez pas non plus à afficher à l’aide de petits panneaux qu’une partie d’airsoft se déroule.

Règles d’utilisation de la réplique

Laissez vos répliques dans votre coffre, dans une housse de protection, démontées. En cas de contrôle de police ou gendarmerie, ne pas hésiter à prendre les devants et informer l’agent que vous transportez une arme factice.

Neutralisez vos répliques une fois la partie terminée et les laisser ainsi. Vous devrez donc enlever la batterie et le chargeur, afin d’éviter tout risque de court circuit, mais aussi pour démontrer immédiatement en cas de contrôle par les forces de l’ordre, le caractère inoffensif de votre équipement.

On considère lors d’une partie d’Airsoft que dès lors que vous êtes sur le terrain d’une partie, votre arme est chargée, donc potentiellement dangereuse et en mesure de tirer, pensez alors à garder le canon de votre réplique vers le bas.

Ce qui est interdit

Il est interdit de tirer de manière intentionnelle sur tout objet fragile ou qui n’a pas d’intérêt en dehors du jeu même.

Il est interdit de tirer à bout portant, et en dessous des distances réglementaires, c’est-à-dire 3 mètres pour une réplique type arme de poing, 10 mètres pour une réplique semi-automatique, 15 mètres pour un AEG (tirs en rafale) et 20 mètres pour un snipe.

Il est interdit de tirer une nouvelle fois, de manière intentionnelle, sur un joueur déjà déclaré « OUT ».

Il est interdit de tirer en présence de riverains, marcheurs, ou même civils qui ne sont pas concernés par la partie en cours (crier « halte au jeu » immédiatement).

Il est interdit d’utiliser des artifices artisanaux ; les fumigènes ou grenades doivent être adaptés et achetés pour la pratique spécifique de l’airsoft.

Les protections oculaires obligatoires

Le port de lunettes spécifiques ou d’un masque de protection est obligatoire lors des parties d’airsoft : vous devez les porter avant de prendre en main votre réplique et pendant toute la durée du jeu. En effet, il ne faut jamais retirer sa protection pendant une partie, au risque de recevoir une bille dans le visage, pire dans les yeux.

Certains organisateurs, soucieux des règles en vigueur se réservent le droit de vérifier la fiabilité et solidité de vos protections oculaires avant chaque partie.

Lors des pauses, les protections peuvent être retirées seulement après autorisation de l’organisateur.

Des cibles réfléchies

Lorsque vous vous apprêtez à tirer, vous devez être parfaitement sûr de votre cible, c’est-à-dire prendre en compte la partie du corps visée ( exclure le visage est un impératif) et penser au fait qu’une bille d’Airsoft peut ricocher et atteindre une partie fragile du corps.

Il faut éviter de tirer dans la tête ! Cependant lorsque le joueur est protégé derrière un obstacle ou allongé, il est difficile de toucher autre chose que sa tête. Assurez-vous que votre adversaire porte un masque ou un casque de protection avant de lui tirer dessus.

Visez dans la mesure du possible le corps, vous augmenterez ainsi vos chances de touche.

Ne tirez pas à l’aveuglette, ce type de tir n’a pas de sens puisqu’il ne requiert ni précision ni technique. Il faut se préparer à tirer pour viser.

La touche et le fair-play

Toutes les parties du corps sont considérées comme une zone de touche, la réplique en fait aussi partie à condition de ne pas endommager le matériel de l’adversaire.

Lorsqu’un joueur est touché, quelle que soit la partie du corps, il doit crier « OUT » de façon claire et surtout audible pour l’ensemble des participants. Il doit lever ses mains ou sa réplique pour bien signaler qu’il a été touché.

Un joueur « touché » ne peut plus donner d’informations à son équipe. En revanche, si un joueur touché se trouve dans le champ de tir des adversaires, il est conseillé qu’il aille se mettre à l’abri.

 

Airsoft vs paintball

0

Airsoft et paintball sont souvent confondus par ceux qui ne pratiquent pas. Pourtant, même si on a souvent tendance à les associer l’un et l’autre comme des « jeux de guerre pour adultes », les qualités et la technique qu’ils requièrent ne sont aucunement comparables.

 

Aux origines …

Le paintball a été inventé dans les années 70 par les éleveurs de bétail en Australie qui trouvèrent ainsi un moyen de marquer leurs bêtes avec de l’encre indélébile. C’est une utilisation plutôt ludique entre cowboys, alternative au fer rouge. Bientôt, l’Amérique et l’Australie adoptèrent cette pratique qui s’est alors répandue au grand public.

L’airsoft, quant à lui, trouve ses origines au Japon, après la Seconde Guerre Mondiale où les armes à feu furent interdites aux civils, qu’elles soient de collection ou neutralisées. Mais les amateurs, frustrés, cherchèrent à développer des répliques, des modèles à l’image des armes réelles, coulées en plastique, faites de résine et métal avec quelques parties fonctionnelles. Dans les années 70, ces répliques ont la possibilité de tirer des billes grâce à un système d’air comprimé, et en toute légalité. On appelait alors les « wargames » ou « survival games » ces parties opposant deux équipes ; les répliques deviennent alors des « airsoft guns », créant ainsi l’ « Airsoft ».

Première différence : les répliques

Vous l’avez compris, au vu de ses origines, l’airsoft a été imaginé et créé par des passionnés d’armes. Les joueurs achètent donc des imitations de modèles réels, les techniciens apprécient une belle réplique, ressemblante avec l’arme dont elle s’inspire, que ce soit concernant son utilisation ou son design. Les amateurs d’Histoire aiment d’ailleurs tout particulièrement tenir entre leurs mains une réplique qui semble issue d’un terrain d’opération militaire de la Seconde Guerre Mondiale !

Les armes que les utilisateurs de paintball utilisent sont beaucoup plus sommaires, et ne visent aucunement à être réalistes.

Des règles du jeu différentes

Différence majeure entre le paintball et l’airsoft : l’impact des balles. Billes de peinture contre billes de plastique  : au paintball un joueur est éliminé si une bille le touche et forme une tache sur son uniforme.

La pratique de l’airsoft implique l’honnêteté du joueur puisque lui seul pourra se déclarer touché par l’impact, étant donné qu’aucune trace n’est visible. Le fairplay est la condition au bon déroulement d’une partie.

Les équipements réalistes de l’airsoft

On qualifie bien plus souvent les parties d’airsoft de réalistes : difficile d’imaginer un airsofteur en jean /baskets avec une réplique type Seconde Guerre Mondiale, tout comme on imagine mal un joueur portant une ghillie avec une fusil de paintball.  Le joueur d’airsoft va être à la recherche de la vraisemblance en adoptant l’apparence d’un soldat à travers sa tenue et son équipement.

Au paintball, les joueurs ont pris l’habitude de délaisser les tenues kaki pour des costumes plus « funs » ou des combinaisons noires unies, ce qui limite évite également de salir ou de dégrader des tenues militaires d’occasion souvent précieuses aux yeux des participants.

Les scénarios construits

Les pratiquants d’Airsoft ne manquent pas d’imagination et les possibilités offertes par les différents scénarios sont infinies. Voici quelques exemples : l’infiltration ou commando dont le but est de dépasser les lignes adverses pour ramener un objet ou une personne dans son camp sans avoir été touché ou vu. Le médecin, cette partie implique qu’un joueur soit désigné médecin et un joueur touché ne peut entrer à nouveau dans le jeu que s’il est soigné par ce médecin. Les joueurs peuvent décider de limiter le nombre de soins ou d’en avoir en nombre illimité.

Une partie de paintball classique met en scène deux équipes qui doivent attraper un drapeau. Aujourd’hui nombre de parties s’inspirent des scénarios de l’airsoft sans la possibilité de profiter d’une technique variée et riche.

En bref, l’airsoft est un jeu réaliste prisé des perfectionnistes, beaucoup plus exigeant que le paintball. D’ailleurs la règlementation est plus stricte, obligeant les utilisateurs à porter des lunettes de protection, ou interdisant par exemple le jeu aux mineurs.

 

 

Quel holster pour votre réplique ?

0

On a tous en tête l’image du policier dans un film d’action, dégainant son pistolet ou revolver qu’il cache à sa ceinture ou sur son flanc. Et si vous aussi, vous utilisiez un holster pour sortir votre réplique en pleine action d’une partie d’airsoft?

La pratique de l’airsoft nécessite une condition physique, il s’agit d’un sport qui exigera de vous que vous courriez, sautiez, rampiez… Pour ne pas avoir à crier « Out ! « , toutes les stratégies seront bonnes pour vous préserver d’un impact de bille.

Difficile alors dans de telles conditions de sauter le revolver à la main ! C’est pour vous garantir une liberté de mouvement que le holster est un accessoire qui vous sera très utile. Cet étui, qui protégera par la même occasion votre réplique des chutes et des chocs, vous permettra de la dissimuler pour vous en saisir à la plus grande surprise de votre adversaire, et de la dégainer rapidement et facilement.

Son choix est capital car il améliorera considérablement votre confort de jeu. En fonction de l’endroit où vous désirez le porter, voici une sélection non exhaustive de holsters de qualité.

Les holsters de cuisse sont particulièrement pratiques car ils se positionnent à la hauteur de vos mains, en une seconde vous voilà avec votre réplique, arme de poing en main ! Vous pouvez également vous équiper d’une plaque de cuisse qui vous permettra de choisir ensuite le holster qui conviendra à votre réplique, quelle que soit sa matière, sa couleur, sa forme…

Plus conventionnel, celui qui s’attache à votre ceinture, pourra être doté d’une fonction pivot très pratique, permettant à votre réplique d’épouser le positionnement qui vous semblera idéal. Souvent semi-rigides, ou rigides, en cuir, tissu ou polymère résistant, certains sont dotés d’attaches réglables et adaptables.

Il existe également un holster d’épaule, qui n’est pas sans rappeler les films policiers des années 80.

Attention toutefois si vous êtes gaucher car vous allez devoir acheter un holster pour gauchers, ou un holster spécialement conçu pour les airsofteurs ambidextres.

Le lexique des répliques

0

Vous avez franchi le pas : vous avez acheté votre première réplique ? Parfait ! Vous allez à présent pouvoir l’accessoiriser pour qu’elle réponde à tous vos besoins sur le terrain de jeu. Voilà un petit lexique qui vous permettra de vous y retrouver dans le jargon quelquefois un peu technique des amateurs d’airsoft.

AEG (Automatic Electric Gun) : Ce terme qualifie des répliques très utilisées, celles-ci fonctionnent grâce à un moteur électrique alimenté par une batterie. Cela vous permettra des tirs rapides, en rafale, ou avec sensation de recul suivant les modèles.

AWP ou « hawouape » : Désigne un fusil de sniper.

All Round : Cette réplique airsoft permet de s’adapter à tous les terrains ainsi qu’à toutes les situations, en intérieur comme en extérieur. Elles sont particulièrement conseillées aux débutants.

Arme : Dans le milieu de l’airsoft, ce nominatif est remplacé par celui de « réplique » qui désigne l’utilisation d’armes factices, ressemblantes aux armes réelles, pour éviter ainsi tout amalgame.

Backup : Désigne la réplique « de secours », celle que l’on utilise si la réplique principale ne fonctionne plus. Il s’agit souvent d’une réplique de poing, qu’on appelle « pocket gun ».

Bax : Version plus récente du système hop-up qui permet de régler (plus ou moins selon les modèles) avec précision la trajectoire des billes en élévation et en dérive. Il augmente la précision de tir à grande distance.

BB ou BB’s:  Ce sont les billes d’airsoft de 6 ou 8 mm de diamètre, de différents grammages (0,20 g, 0,23 g, 0,25 g…).

Bolt action: Désigne la possibilité pour un mécanisme de réarmer les répliques au coup par coup.

Blowback : Ces répliques (pistolet ou fusil) ont la capacité de produire un mouvement de recul de la culasse à chaque tir pour davantage de réalisme.

Burst : Ce système offre la possibilité au joueur de tirer 2 à 3 fois avec un seul appui sur la détente, il permet de tirer un nombre de billes limité.

Chargette (ou BB loader ou Speed loader) : Accessoire composé d’un tube creux parcouru par une tige rigide permettant de recharger son chargeur de billes plus rapidement.

Crosse: C’est un élément fixe, réglable ou repliable situé à l’arrière de la réplique qui se cale contre l’épaule du tireur et accueille généralement la batterie. La crosse permet un confort de maintien et un tir beaucoup plus précis.

CO2 : Sous forme de capsules, ce type de pistolet est semi-automatique ou automatique, il permet de tirer sans nécessité de réarmer entre chaque tir.

Custom:  Terme anglais faisant référence aux transformations qui peuvent être apportées à une réplique. Elles peuvent être esthétiques (peinture) ou techniques avec l’ajout d’accessoires permettant de faciliter la visée ou la prise en main par exemple.

Downgrade : Désigne le fait de modifier une réplique pour réduire sa puissance ou sa cadence de tir.

DUMMY : Caractérise un accessoire ou une réplique très réaliste mais qui ne fonctionne pas.

Full-auto(matic) : Réplique qui tire en rafale (en continu).

Full-métal : Réplique faite en majeure partie avec du métal.

FPS (Feet Per Second): Unité de mesure de la vélocité en sortie de canon.

GBB (Gaz BlowBack) : Modèle de réplique à gaz qui permet un grand réalisme. Les pistolets équipés de ce système n’obligent pas leur utilisateur à réarmer entre chaque tir.

Gearbox : Corps mécanique interne d’une réplique airsoft électrique (AEG) composé de plusieurs engrenages.

Green gaz : Gaz utilisé pour les répliques GBB (avec recul de la culasse).

Hi-cap : Chargeurs avec une très grande contenance de billes (200 à 600) pouvant être adaptés à certaines répliques.

Hop-up : Le système Hop-Up équipe la plupart des répliques. Il est basé sur la rotation de la bille par frottement et augmente la portée des billes d’une réplique.

Joule : Unité d’énergie qui désigne la puissance de la réplique (2 joules maximum en France).

Low-cap: C’est l’opposé du Hi-cap, un chargeur à basse contenance (de 30 à 80 billes). Il équipe souvent les répliques neuves.

Mid-cap: Chargeur de format intermédiaire, entre le low-cap et le hi-cap, il peut contenir de 80 à 200 billes.

NBB (Non BlowBack) : Désigne les répliques d’armes de point à gaz et à culasse fixe, elles sont plus puissantes, plus silencieuses et plus économes en matière de gaz.

PM : Pistolet Mitrailleur. C’est une arme automatique compacte pour combats rapprochés.

Picatinny : Modèle de rail normalisé doté d’une largeur de 21 mm, le picatinny permet au joueur d’équiper sa réplique en fixant une lampe, une lunette, ou encore un pointeur laser sur sa réplique.

Upgrade : Désigne la transformation matérielle (par l’ajout de pièces internes) de votre réplique dans le but d’augmenter sa puissance, sa précision ou encore sa fiabilité.

 

Dans quels lieux pratiquer l’Airsoft ?

0

Vous avez envie de vous lancer dans la pratique de ce jeu mais vous vous demandez s’il est possible de donner rendez-vous à vos coéquipiers en forêt, sur un terrain communal un peu boisé ou dans une usine désaffectée?

Non ! La pratique de l’airsoft est réglementée et est interdite dans tous les lieux publics. Où que vous alliez, dans un bois, une forêt, un terrain désaffecté, vous devrez obtenir l’autorisation écrite du propriétaire du terrain (ou de ses représentants)  sur lequel vous allez pratiquer. Les aires de jeux doivent être occupées en toute légalité.

Conseils pratiques :

Si le lieu dans lequel vous allez pratiquer n’est pas clos et délimité clairement, il faudra bien préciser et montrer aux joueurs l’espace dédié à la pratique du jeu (n’hésitez pas à le baliser clairement à l’aide d’un ruban de signalisation). Prévenez également les riverains de votre présence, de la durée et nature de votre activité afin qu’ils ne n’appellent pas la gendarmerie, affolés de voir apparaître un rescapé de la seconde guerre mondiale au fond de leur jardin ! Pour être à l’abri de toute mauvaise surprise, n’hésitez pas non plus à afficher à l’aide de petits panneaux qu’une partie d’airsoft se déroule.

Les parties outdoor

L’espace de jeu pourra être ouvert, c’est-à-dire en pleine nature, ce que la majorité des airsofteurs préfère car ils profitent ainsi d’une longue portée de tir, pouvant utiliser des armes longues. En outre, les possibilités offertes par le jeu en terme de cachettes, de dissimulation sont infinies, tous les sens des participants sont ainsi en éveil : un craquement de pas dans les feuilles tombées à terre, une branche d’un arbre qui remue… La montée d’adrénaline en pleine partie n’en sera que plus grande !

Certaines entreprises proposent de louer des terrains spécialement créés pour la pratique de l’airsoft, ils sont souvent aménagés de manière réaliste (tranchées, miradors, bunkers, forts…) afin d’optimiser les scenarii des joueurs comme le match à mort en équipe, la prise des drapeaux, le nettoyage de tranchées, la prise du fort…

Les parties indoor

L’espace de jeu peut également être fermé, c’est ce qu’on appelle les CQB (Close Quarter Battle) et les entreprises qui louent les aires de jeu ne manquent pas d’imagination puisque vous pourrez pratiquer dans des espaces désaffectés et aménagés pour votre plaisir : des anciens sanatoriums, hôpitaux, usines, bureaux…

Jouer dans un CQB ne requiert pas les mêmes exigences puisque votre combat sera rapproché et les répliques que vous utiliserez seront plus souvent des armes de poing type revolvers ou pistolets. Difficile de se camoufler sans végétation, ce qui peut frustrer les amateurs de tenues militaires type camouflage ! En revanche les amateurs d’accessoires pourront équiper leurs répliques de silencieux par exemple. C’est une véritable stratégie alliant communication avec vos coéquipiers, mais aussi précision dans vos tirs et vos déplacements qu’il vous faudra mettre en place.

L’idéal pour les airsofteurs qui aiment varier leur jeu, c’est de pratiquer sur un emplacement couvert (qui aura aussi l’avantage de vous offrir une solution de repli en cas de mauvais temps), mais qui dispose d’un espace découvert, boisé. En effet, jouer sur un terrain alliant outdoor et indoor vous permettra d’utiliser et alterner entre répliques longues et armes de poing et de rendre le jeu plus varié.

Enfin, sur le web vous trouverez de nombreux forums dans lesquels les passionnés d’airsoft se retrouvent pour organiser des parties près de chez vous. N’hésitez pas non plus à vous renseigner auprès de la Fédération Française d’Airsoft qui vous donnera de précieux conseils si vous souhaitez créer une association ou qui vous guidera, grâce à son annuaire, vers les clubs affiliés.