Accueil Blog

Airsoft culasse fixe ou mobile?

0

Pas facile pour les novices de se retrouver parmi la variété des répliques proposées, mais c’est aussi ce qui fait l’intérêt de ce sport : les multiples possibilités qu’il offre en matière d’équipement.

Ce système de culasse mobile ou fixe concerne les répliques à gaz, c’est-à-dire que c’est le gaz (ou CO2) libéré par la pression de la gâchette qui propulse la bille.

Ces répliques se divisent en plusieurs catégories :

Les répliques à culasse mobile

GBB (Gas Blow-Back)  ou culasse mobile. A chaque tir la culasse bouge d’avant en arrière, ce mouvement de va et vient permet, lors du tir, que le gaz propulse la bille. Dans ce même temps, la culasse recule pour chambrer une bille dans le canon. Ils sont donc réputés et appréciés pour leur réalisme.
Cela n’a pas de réel impact sur le jeu, mais c’est juste un plaisir quant au style recherché en partie.
Lorsque vous voyez l’appelation « GBBr » (Gas Blow-Back Rifle ou Recoil), cela signifie qu’il s’agit du même système adapté aux fusils d’assaut.

C’est dans cette catégorie que vous trouverez les pistolets à billes les plus puissants.

GLOCK 17 GEN 3

Les répliques GBB exigent davantage d’entretien et devront être nettoyées plus souvent car le mouvement induit par le va et vient de la culasse provoque une usure, des frottements qui doivent être surveillés.

Les répliques à culasse fixe

NBB (Non Blow-Back) ou parfois appelées GNB (Gas Non-Blowback)  sont des répliques dont la culasse est fixe et n’effectue pas de mouvement d’aller retour lors du tir. Ici le gaz permet simplement de propulser la bille, ce qui a pour conséquence que les répliques sont peu gourmandes en terme de gaz. Elles sont très fiables comparativement aux répliques GBB, plus économiques à l’achat et à l’utilisation. Autre avantage, leur discrétion : elles sont relativement silencieuses.

Ce qu’il est important également de savoir, c’est que quelle que soit votre réplique à gaz (GBB ou NBB), elle sera sera sensible aux températures basses, et qu’il arrive que les joueurs subissent des dégazages intempestifs, phénomène accentué avec les répliques en métal et à culasse mobile.

Alors, mobile ou fixe la culasse ?

Pour la culasse mobile :

  • Vraiment parfait si vous êtes amateur de sensations de tir et cherchez à vivre des expériences réalistes en partie.
  • La grande variété des modèles avec des gammes de prix assez vastes.

Pour la culasse fixe :

  • La consommation vraiment économique en gaz.
  • Si vous aimez jouer en mode discret, tirer sur votre adversaire sans que son coéquipier juste à côté s’en rende compte, alors optez pour le NBB !

A la recherche de réalisme ? Optez pour le CO2 !

Plus puissantes que leurs équivalents qui fonctionnent au gaz, ces répliques CO2 vous garantiront davantage de réalisme ce qui est très appréciable lors des parties outdoor.

Souvent très accessibles en terme de prix, elles sont néanmoins gourmandes en consommation de sparclettes de CO2 mais également plus exigeantes quant à l’entretien et au nettoyage des différentes composantes de la réplique.

Attention également au fait qu’il s’agit encore de gaz et que celui-ci n’apprécie pas les températures basses, surtout quand votre réplique associe le métal et la culasse mobile.

Airsoft et lunettes de vue

0

La puissance des billes propulsées par votre réplique est de 2 joules maximum ; cela peut paraître peu mais c’est énorme si l’impact se fait au niveau de votre visage et en particulier des yeux. Des lunettes de protection sont donc obligatoires, que vous portiez des lunettes de vue ou non.

Avant d’investir dans une paire de lunettes de protection, ne réfléchissez pas à l’esthétisme mais à la sécurité. La Fédération Française d’Airsoft, associée aux autorités, aux juristes, aux spécialistes des normes, à un laboratoire accrédité et à des fabricants de protections oculaires, a imposé le fait que, quelle que soit la discipline pratiquée, les Équipements de Protection Individuelle (couramment appelés EPI) doivent être conformes à la seule norme en vigueur reconnue en France : EN 166.

Le cas des porteurs de lunettes de correction…

Votre paire de lunettes de vue ne peut en aucun cas suffire pour vous protéger des impacts de billes. Même si vos yeux sont déjà en partie protégés par vos lunettes classiques, le port de lunettes de protection est obligatoire. Il faudra donc que vous trouviez la solution qui vous conviendra le mieux pour porter votre double équipement : lunettes de vue + lunettes de protection.

Le problème rencontré est la gestion de ces deux montures que l’on superpose : peu confortable, cet agencement peut parfois même être un peu douloureux avec les branches de la paire de lunettes de vue qui font pression derrière les oreilles à cause du port des lunettes de protection.

Du simple inconfort à la véritable douleur, vous pourrez vite ressentir une gêne accrue avec le temps et ne pas profiter de votre partie.

Comment faire pour porter des lunettes de vue et de protection ?

Rassurez-vous, il existe des solutions et des protections oculaires adaptées au port de lunettes de vue vous permettront de jouer en toute sécurité :

  • Les masques conçus pour la pratique du tir se placent au-dessus de votre paire de lunettes. Pratiques car larges, ils laissent la place aux montures y compris celles moins fines.
  • Certains fabricants ont même conçu des masques pour être portés avec des lunettes de vue.

Néanmoins si vous consultez les forums de passionnés d’airsoft, vous y découvrirez que bien souvent la question du port des lunettes de vue est un problème récurrent malgré le port de masques ou lunettes adaptés : la buée qui s’infiltre gêne la qualité de la vue, les lunettes qui ne sont pas maintenues peuvent devenir de véritables handicaps en cours de partie…

Voilà donc une liste de solutions adoptées par les porteurs de lunettes de vue :

  • Les lunettes destinées au saut en parachute sont fiables et solides, elles garantissent une protection efficace (à condition que vous vous assuriez qu’elles répondent à la norme EN 166).
  • Il existe des lunettes de sécurité qui peuvent être adaptées à votre vue. En vous rendant chez votre ophtalomologue ou votre opticien (avec une ordonnance de moins de 6 mois) vous pourrez en faire monter une paire. Des lunettes spécialement conçues pour la balistique ou des verres adaptés à votre masque sont également envisageables.
  • Les lentilles de contact, si vous les supportez, restent une alternative sûre et pratique pour remplacer les lunettes de vue.
  • Il est également simple de trouver des lunettes ou des masques qui s’adaptent à la vue avec des inserts optiques. Penser à choisir des modèles munis de faces interchangeables, ce qui vous permettra de les porter quel que soit la météo et cela vous permettra de les remplacer en cas d’impact. Assurez-vous que la face interne soit traitée antibuée.

Airsoft vs Airgun

0

Les deux termes sont proches, pourtant il ne faut surtout pas les confondre  : les répliques d’airsoft ne peuvent en aucun cas être apparentées à des armes tandis que les secondes, utilisant du plomb comme projectiles, peuvent être dangereuses et blesser car la puissance qu’elles dégagent est nettement supérieure.

 

L’airgun

Pratiquer l’airgun, c’est utiliser des armes à air comprimé destinées exclusivement au tir de loisir, elles sont donc interdites pour pratiquer l’airsoft. Il existe des armes à canon court comme les pistolets et revolvers, ou à canon long comme les carabines et les fusils. C’est la détente du gaz qui permet la propulsion du projectile en plomb.

Ces munitions qui ont une forme de diabolo ont une tête en aluminium avec un corps en plastique ou bien plus souvent en plomb également.

Aujourd’hui, l’airgun est essentiellement utilisé pour le tir de loisirs, c’est-à-dire qu’il permet de tirer sur des cibles immobiles ou mouvantes pour se divertir. Le « PLINKING »  (du nom du son que fait une balle ou un plomb frappant un objet) désigne d’ailleurs le tir sur des cibles improvisées (boîtes de conserve, bouteilles en verre, ballons remplis d’air ou d’eau…), et qui n’est pas sans rappeler à certains les fêtes foraines de notre enfance où il faut viser des ballons emprisonnés dans une cage dans laquelle de l’air est propulsé.

La puissance de votre airgun ne devra jamais excéder 20 joules et il est interdit de pratiquer l’airsoft avec une telle réplique pour des raisons évidentes de sécurité. L’usage n’est donc pas le même !

L’airsoft

La puissance des répliques d’airsoft est réglementée, en France, elle est limitée à 2 joules. Ainsi, elles ne sont pas considérées comme des armes.Les répliques ou reproductions peuvent fonctionner avec du gaz, du Co² pressurisé, des batteries ou de l’air comprimé, et parfois un simple ressort (pour les répliques dites « spring ») avec rechargement et armement manuel.

A l’image de leurs modèles, les répliques pourront être longues (fusil d’assaut, à pompe, sniper, mitrailleur) ou courtes (revolver, pistolet) et être dotées d’équipements divers visant à améliorer leurs performances en partie (silencieux, red dot, rail, poignée tactique…).

Quant aux billes, faites de plastique, d’aluminium ou de matière biodégradable, le calibre des projectiles est compris entre 6 à 8 mm de diamètre et la masse entre 0,12 à 0,48 gramme.

Quant aux règles morales, le fair-play est un prérequis au jeu. Dans un esprit sportif collectif, l’airsoft nécessite le respect de l’adversaire, des règles, des décisions des organisateurs… Vous comprenez ainsi que la dangerosité des projectiles en plomb n’est pas du tout en adéquation avec ce jeu inoffensif.

Cela implique évidemment des qualités humaines que tous les joueurs d’airsoft sont invités à intégrer :  loyauté, maîtrise de soi, dignité dans la victoire comme dans la défaite. A mi-chemin entre le lasergame et le paintball, on ne compte que sur l’honnêteté du  joueur touché pour se déclarer. Donc, dès que le joueur pense avoir été touché par une bille, amie ou ennemie,  il doit se déclarer « OUT » en le criant haut et fort et en le signalant en levant ostensiblement sa réplique.

 

 

 

Qu’est-ce que les joules en Airsoft ?

0

La pratique de l’airsoft se fait grâce à des répliques, des armes factices, fidèles aux modèles qu’elles imitent. En France, pour des raisons de sécurité, la réglementation limite à 2 joules la puissance de votre réplique. Ainsi, elles ne sont pas considérées comme des armes.

Lorsque vous pratiquez régulièrement en équipe, il est essentiel de bien connaître et de maîtriser la puissance de votre réplique. Rappelons en effet qu’un modèle trop puissant peut être éliminatoire et qu’il peut causer des dommages physiques et matériels . D’ailleurs certaines équipes limitent à moins de 2 joules la puissance en fonction des parties qu’elles organisent.

Comment calculer la puissance de sa réplique?

Il s’agit d’un calcul (que ceux qui sont restés allergiques aux mathématiques passent directement à la fin du paragraphe!) qui prend en compte la masse du projectile (donc de la bille) et sa vitesse de déplacement dans l’espace, donc son poids et son énergie.

Pour calculer la puissance de votre réplique, il faudra prendre en compte deux mesures (et leurs conversions) :

Les FPS (Feet Per Second) en anglais seront à transformer dans notre système métrique en M/S (Mètres par Seconde) : 1m/s = 3,28084 fps et 1fps = 0,3048 m/s. Les grains seront à convertir en grammes : 1 grain = 0,064891g et 1 gramme = 15,432358 grammes.

Voilà donc à présent la formule qu’il faudra appliquer :

énergie = masse x vitesse au ² / 2.

Pour vous simplifier les calculs il existe des tableaux de conversion où il vous suffira de vous repérer en croisant les informations sur le poids de votre bille et la puissance de votre réplique.

Et pour ceux qui sont réfractaires aux calculs, il existe un appareil conçu pour mesurer la puissance de votre réplique à l’aide d’un capteur interne : le chronographe ou chrony. Il s’agit d’un petit appareil muni d’un capteur interne. Pour connaître la puissance de votre réplique, il suffit de placer le canon dans l’orifice et de tirer quelques billes. Les informations affichées indiquent alors la puissance dégagée par votre airsoft gun.

Augmenter la puissance de sa réplique

Les débutants imaginent souvent qu’une réplique plus puissante leur procurera plus de sensations, leur permettra de tirer plus loin, plus fort et plus précisément ; or ce n’est pas le cas. Plusieurs paramètres doivent être pris en compte comme le poids de vos billes. Une bille trop légère verra sa trajectoire déviée en cas de vent, donc il vous faudra acheter des billes un peu plus lourdes.

Le système du Hop-up est souvent utilisé par les airsofteurs car il augmente la portée des répliques sans augmenter la puissance de celles-ci ; il s’agit d’un petit bout de gomme ou caoutchouc placé à l’entrée du canon.

Concrètement donc, imaginez deux joueurs en partie, équipés des mêmes répliques. L’une est équipée d’un système Hop-Up, l’autre non : la première permettra au joueur de tirer une bille qui visera une cible deux fois plus lointaine que la réplique qui n’en est pas équipée. Amélioration de la portée des billes, mais aussi de la précision, il est vraiment difficile de faire l’impasse sur le Hop-Up quand on est passionné d’Airsoft.

Quel pistolet airsoft choisir ?

0

Les répliques de revolvers ou pistolets sont aussi appelées par les airsofteurs des « répliques secondaires ». Ce sont des armes factices à canon court, utilisables à une main et elles sont particulièrement appréciées lors des combats rapprochés, dits CQB.

Concernant le matériau utilisé, les répliques courtes sont faites en ABS ou en métal (gage de réalisme). Elles ont soit une culasse fixe (elles sont donc relativement silencieuses), soit une culasse mobile (et offrent donc à l’utilisateur une sensation de recul).

Selon la marque ou le modèle que vous choisirez, les répliques de poing pourront être très réalistes et ressembler trait pour trait aux armes dont elles s’inspirent. L’idéal quand même est de pouvoir essayer la réplique dans laquelle vous voulez investir avant de finaliser votre achat : entre l’idée que l’on se fait de la réplique et la réalité, il peut y avoir de mauvaises surprises !

Revolver ou pistolet ?

Le revolver est une arme de poing avec un barillet dont les plus célèbres sont le Colt, le Smith & Wesson, Taurus… Ce que les joueurs lui reprochent, c’est qu’il n’offre que peu de munitions, et qu’il a des difficultés à être rechargé quand on est pris dans l’action de la partie (6 billes maximum par barillet).

Il est plus solide et fiable dans la durée en raison de la simplicité de son système qui n’a que peu de pièces. En revanche, concernant la précision du tir, certains le jugent assez faible car il tire en double action en continue.

Le pistolet, quant à lui, est une arme de poing dont la chambre est intégrée au canon ou en permanence alignée avec lui. Son chargeur est amovible donc plus facile à recharger : il suffit d’éjecter le chargeur  qui contient entre 12 et 29 billes et d’en remettre un nouveau, rempli.

Inévitablement, vous connaissez les plus célèbres : Beretta, Glock, Colt, Luger, Mauser, Sig-Sauer…

Il est plus facile de tirer précisément  avec un pistolet car le système réagit grâce à une simple action au niveau du marteau.

 

Quel type de réplique courte choisir?

Les répliques Spring (à ressort)

Particulièrement adaptées également aux débutants, ces répliques fonctionnent par le simple fait de tirer la culasse vers l’arrière afin d’amorcer le tir et presser la détente. Très peu onéreuses, vous vous sentirez toutefois vite limité en partie parce que contrairement aux adversaires bien équipés, vous ne pourrez tirer qu’une bille à la fois, ce qui peut vite s’avérer frustrant en pleine partie ! En toute franchise, nous vous les conseillons davantage pour vous entraîner au tir.

Les répliques à gaz

Les répliques de poing ont deux modes de fonctionnement : au gaz (elles se rechargent alors comme des briquets, avec une bouteille) ou au CO2 (avec des cartouches dites sparclettes de 12 grammes positionnées dans le chargeur).

Très appréciées pour leur réalisme, ces répliques apportent à leur utilisateur des sensations, que ce soit du CO2 ou du gaz utilisé. L’utilisation du gaz peut sembler une contrainte pour certains car si vous voulez tirer, il va falloir recharger votre réplique !

Plus lourdes, car généralement en métal, les répliques courtes offrent même le recul des vraies armes, lorsque la culasse est mobile (on appelle cela le système « blowback »).

Leur autonomie est assez bonne mais méfiez-vous tout de même du mariage entre les répliques au gaz et les températures basses : le gaz n’aime pas le froid !

Les répliques électriques

Aussi appelées AEG (Automatic Electric Gun) ou AEP, elles sont très appréciées par les joueurs. Il en existe une grande variété de modèles pour tous les prix.

Ces répliques fonctionnent avec une batterie qui doit être rechargée au préalable sur secteur. Elles sont conseillées pour les débutants, car elles ne nécessitent aucune manipulation en cours de partie (à moins que vous ne deviez changer pour alterner entre une batterie vide et une remplie, nous vous conseillons d’ailleurs de vous munir de plusieurs batteries chargées pour ne pas vous retrouver démuni en cours de partie !)

Il est préférable d’ailleurs de penser à investir dans une batterie de qualité afin de profiter au maximum de sa faible consommation d’énergie.

 

 

Airsoft : comment choisir sa première réplique ?

0

Quand on débute l’airsoft il n’est pas toujours facile de choisir la « bonne » réplique, celle qui sera performante en partie, qui sera facile à manier mais aussi à charger et nettoyer, et qui vous procurera des sensations. Pour un premier achat, inutile d’aller chercher la complication, ce qui risquerait de refroidir votre élan !

 

Le type de réplique

Sans hésitation, nous vous conseillons de vous acheter une réplique électrique, AEG (Automatic Electric Gun), pour votre premier achat. Ce modèle est équipé d’un mécanisme électrique, appelé gearbox, lequel, grâce à moteur, entraîne des engrenages puis un piston qui va comprimer un ressort. Une fois le mécanisme enclenché, les engrenages libèrent le piston, ce qui va permettre au ressort d’être détendu et donc va comprimer un volume d’air variable, ce qui provoquera le tir des billes.

Pour moins de 200 euros, vous pourrez trouver une réplique de qualité qui durera dans le temps.

Il est important de bien choisir sa première réplique, n’hésitez pas à vous rendre dans un magasin spécialisé afin de bénéficier des conseils des spécialistes.

Vos collègues de parties pourront aussi être d’excellents guides car vous aurez la possibilité de tester leurs répliques, de discuter des points forts et faibles et bénéficier de leur expérience en tant que joueurs.

La batterie

Les batteries LiPo  (Lithium – Polymère) : Ce que les joueurs d’Airsoft apprécient avec ces batteries LiPo, c’est leur format compact, l’énergie constante qu’elles déploient, ainsi que leur longue durée d’utilisation. En revanche, elles nécessitent une certaine vigilance concernant leur décharge : si elles sont totalement déchargées elle ne fonctionneront plus.

Les batteries NiMh (Nick Metal Hybrid) : Considérées comme les plus sûres par les airsofteurs, les batteries NiMh peuvent être complètement chargées ou déchargées sans risque de casse, ce qui est parfait pour les débutants. Ce qu’on leur reproche souvent ? La baisse de voltage rapide qui entraîne une perte de vitesse de propulsion de la balle.

Les modèles de référence

Parmi les modèles les plus vendus, on retrouve :

Les répliques MP 5 sont ergonomiques, utilisables facilement par les droitiers et les gauchers.

Les FN scar sont très appréciés également pour leur caractère ergonomique et leur bonne prise en main, car ils sont dotés d’une crosse à la fois télescopique et rabattable sur le côté de la réplique pour gagner en maniabilité, comme sur ce modèle FN scar L.

Les répliques de fusil Bullpup (comme ce modèle STEYR) avec leur design hors du commun sont particulièrement appréciés pour leur maniabilité. Leur lunette de visée intégrée et leur sélecteur de tir intégré à la queue de la détente plaisent beaucoup aux amateurs de répliques longues.

Les accessoires et équipements

Pensez également à investir dans une housse ou malle de transport afin de protéger votre réplique et de la transporter discrètement.

Pensez également au kit de nettoyage, à la sangle qui vous sera utile, au choix des billes…

Airsoft : où tirer ?

0

Que ce soit en partie ou pour s’entraîner, on ne peut pas pratiquer et tirer avec sa réplique en tous lieux. Voici un article qui liste les précautions à prendre et qui vous permettra de vous exercer ou de jouer de belles parties en toute sécurité.

S’entraîner à tirer avec sa réplique

Vous venez d’acheter votre première réplique et n’avez pas envie d’attendre la première partie en équipe pour tester votre matériel ou vos qualités de tireur ? Quelles précautions vous faudra-t-il prendre pour tirer en toute sécurité?

L’idéal est de vous entraîner dans un endroit privé : au fond de votre jardin (ou de celui de vos amis / parents), en vous assurant qu’aucun enfant ne passe à proximité ou que personne ne risque quoi que ce soit.

Pour vous entraîner et tirer autant que vous le désirez, vous pourrez créer votre propre stand de tir en vous munissant d’un support en métal qui accueillera vos cibles. 

L’idéal est de placer une marque au sol et vous positionner à une distance de 20 mètres de la cible. Afin d’ajuster votre position, ou de régler votre réplique pour viser au plus juste, vous pouvez effectuer des séries de 10 ou 15 tirs à chaque fois.

 

Où jouer une partie d’airsoft ?

S’entraîner à tirer avec des répliques d’armes réelles procure un véritable plaisir pour les passionnés d’airsoft mais l’intérêt du jeu réside également dans le jeu d’équipe, dans les stratégies mises en place collectivement pour remporter les parties !

Sachez que l’airsoft est encadrée et qu’il est interdit de pratiquer dans des espaces publics, à la vue et à proximité du grand public.

Où que vous alliez, dans un bois, une forêt, un terrain désaffecté, vous devrez obtenir l’autorisation écrite du propriétaire du terrain (ou de ses représentants)  sur lequel vous allez pratiquer. Les aires de jeux doivent être occupées en toute légalité.

Si le lieu dans lequel vous allez pratiquer n’est pas clos et délimité clairement, il faudra bien préciser et montrer aux joueurs l’espace dédié à la pratique du jeu (n’hésitez pas à le baliser clairement à l’aide d’un ruban de signalisation). Prévenez également les riverains de votre présence, de la durée et nature de votre activité afin qu’ils ne n’appellent pas la gendarmerie, affolés de voir apparaître un rescapé de la seconde guerre mondiale au fond de leur jardin ! Pour être à l’abri de toute mauvaise surprise, n’hésitez pas non plus à afficher à l’aide de petits panneaux qu’une partie d’airsoft se déroule.

Jouer en intérieur ou en extérieur ?

Les terrains en pleine nature : l’espace de jeu est ouvert, ce que la majorité des airsofteurs préfère car ils profitent ainsi d’une longue portée de tir, pouvant utiliser des répliques longues. En outre, les possibilités offertes par le jeu en terme de cachettes, de dissimulation sont infinies, tous les sens des participants sont ainsi en éveil : un craquement de pas dans les feuilles tombées à terre, une branche d’un arbre qui remue… La montée d’adrénaline en pleine partie n’en sera que plus grande !

Certaines entreprises proposent de louer des terrains spécialement créés pour la pratique de l’airsoft, ils sont souvent aménagés de manière réaliste (tranchées, miradors, bunkers, forts…) afin d’optimiser les scenarii des joueurs comme le match à mort en équipe, la prise des drapeaux, le nettoyage de tranchées, la prise du fort…

Les CQB ( Close Quarter Battle) : Ce sont des lieux fermés, des bâtiments désaffectés loués par des entreprises qui ne manquent pas d’imagination puisque vous pourrez pratiquer dans des espaces aménagés pour votre plaisir : des anciens sanatoriums, hôpitaux, usines, bureaux… Jouer dans un CQB ne requiert pas les mêmes exigences puisque votre combat sera rapproché et les répliques que vous utiliserez seront plus souvent des armes de poing type revolvers ou pistolets. Difficile de se camoufler sans végétation, ce qui peut frustrer les amateurs de tenues militaires type camouflage ! En revanche les amateurs d’accessoires pourront équiper leurs répliques de silencieux par exemple. C’est une véritable stratégie alliant communication avec vos coéquipiers, mais aussi précision dans vos tirs et vos déplacements qu’il vous faudra mettre en place.

L’idéal pour les airsofteurs qui aiment varier leur jeu, c’est de pratiquer sur un emplacement couvert (qui aura aussi l’avantage de vous offrir une solution de repli en cas de mauvais temps), mais qui dispose d’un espace découvert, boisé. En effet, jouer sur un terrain alliant outdoor et indoor vous permettra d’utiliser et alterner entre répliques longues et armes de poing et de rendre le jeu plus varié.

Airsoft, comment augmenter la portée ?

0

Attention à ne pas confondre puissance et portée, car, au-delà de 2 joules, une réplique est appelée « arme » et en devient donc une. Donc si vous voulez que vos billes soient projetées plus loin, il faudra modifier la portée de vos tirs, et non pas nécessairement leur puissance.

Le nettoyage

Dans un premier temps, il est nécessaire de nettoyer la gearbox, la boite en métal contenant le mécanisme d’un AEG, c’est-à-dire les trois engrenages (gears). Si cette étape n’a pas permis d’améliorer la portée, n’oubliez pas qu’il est nécessaire d’entretenir son matériel et qu’un peu de démontage, nettoyage, et huilage ne fait jamais de mal !

Le canon

Le changement de canon peut aussi influer sur la portée de vos billes ; en effet, sa longueur et son diamètre sont des dimensions à prendre en compte. Pus le canon sera long, plus la bille sera poussée sur un temps long, et accumulera ainsi davantage d’énergie cinétique. Parallèlement, plus le canon sera fin, moins l’air passera autour de la bille qui sera propulsée plus loin.

Attention toutefois à ne pas faire preuve de démesure avec un canon trop long car le volume d’air utile du cylindre doit toujours être supérieur à celui du canon pour que la bille soit poussée sur toute la longueur.

Les FPS

Ils ont une importance primordiale, même si certains en minimisent l’intérêt. Rappelons-le, les FPS ou Feet Per Second (traduits en français par « pied par seconde »)  sont l’unité de mesure de vitesse de la bille en sortie de canon. Les FPS permettent de mesurer la puissance d’une réplique en rapportant cette vitesse au poids des billes tirées.

Le join hop-up

Associé à la qualité du canon, il est la garantie d’une portée de qualité. Le système du hop-up inventé en 1993 par la société TOKYO MARUI, augmente la portée des répliques sans augmenter la puissance de celles-ci par le biais d’un petit bout de gomme ou caoutchouc placé à l’entrée du canon.

Concrètement donc, imaginez deux joueurs en partie, équipés des mêmes répliques. L’une est équipée d’un système Hop-Up, l’autre non : la première permettra au joueur de tirer une bille qui visera une cible deux fois plus lointaine que la réplique qui n’en est pas équipée. Amélioration de la portée des billes, mais aussi de la précision, il est vraiment difficile de faire l’impasse sur le Hop-Up quand on est passionné d’Airsoft.

Certaines répliques sont dotées d’un Hop-Up fixe donc ne nécessiteront pas de réglage. D’autres sont dotées d’un Hop-Up réglable et il sera donc nécessaire que vous appreniez à effectuer vous-même les modifications nécessaires.

Pas de panique, le Hop-Up, ce n’est pas compliqué, mais comme le grammage des billes peut varier en fonction des répliques, le réglage ne sera pas le même non plus. Pour optimiser vos tirs, il faut que le trajectoire soit conforme à ce que vous attendez, c’est-à-dire un tracé droit sur une certaine distance, puis monter un peu et enfin redescendre.

C’est en testant vos tirs que vous pourrez observer ce qui ne va pas et ce qu’il convient de modifier.

Chaque fois que vous changez le grammage, la texture des billes ou même leur marque, pensez à effectuer un réglage sinon vous risqueriez d’être déçu des performances de votre réplique, et le Hop-Up ne servirait plus à rien…

 

 

Airsoft : Comment ça marche ?

0

Les répliques d’airsoft fonctionnent grâce à de l’air comprimé qui propulse des petites billes. Électriques ou au gaz, il existe donc deux manières de propulser cet air : la première consiste en son stockage dans un réservoir et la seconde compresse l’air ambiant par le biais d’un piston et d’un ressort. 

Comment fonctionnent les répliques à gaz ?

A l’origine, les premières répliques, japonaises, fonctionnaient grâce à une réserve d’air comprimé, qui était stockée dans des bouteilles extérieures, volumineuses et peu pratiques.

Les répliques à gaz modernes actuelles s’inspirent toujours du même principe notamment avec la plupart des répliques type armes de poing à culasse mobile (GBB) qui utilisent du gaz sous forme liquide (à la manière d’un briquet) contenu dans un petit réservoir situé dans le chargeur du pistolet.

Même si ce principe peut paraître un peu artisanal, il est très facile d’utilisation. Pourtant, il demeure, pour son plus grand inconvénient, très sensible aux variations de températures  et dangereux à cause de son inflammabilité.

Les répliques fonctionnant au CO2 représentent la seconde catégorie de répliques au gaz. Cette fois-ci, ce sont des sparclettes qui servent de réservoir. Le CO2 supporte davantage les variations de température et en général, la réserve de tir est supérieure.

 Comment fonctionnent les répliques électriques ?

Les répliques électriques nécessitent un piston et un ressort pour comprimer l’air. La propulsion des billes peut se faire manuellement, en réarmant la culasse à la main à chaque fois (pour les répliques appelées « spring » ou « bolt »), ou elle peut s’effectuer de manière électrique avec les répliques AEG (Automatic Electric Gun) et AEP (Automatic Electric Pistol).

La grande majorité des répliques longues sont électriques, parce que peu coûteuses en terme d’énergie (c’est une batterie rechargeable sur secteur qui leur permet de fonctionner), et les joueurs apprécient les tirs de billes en rafales lors des parties.

D’un point de vue un peu plus technique, la batterie alimente un moteur qui entraîne trois mécanismes (situés dans une partie nommée la « Gear box ») qui permettent au piston de reculer et donc d’envoyer l’air qui propulsera les billes.

Quant aux chargeurs, il en existe de trois types :

  • Les Hi Cap qui sont des chargeurs de billes, à trappe et de grande capacité. Les joueurs les apprécient pour leur caractère pratique mais leur reprochent leur bruit (les billes s’entrechoquent).
  • Les Mid Cap, de taille moyenne, ils nécessitent l’utilisation d’un chargeur de billes (BB loader)
  • Les Low cap, appelés aussi real cap, ils fonctionnement de la même manière que les mid cap et ne chargent que de petites quantités de billes, à l’image des armes réelles. Ce sont donc les plus réalistes.

 

 

Quel sniper airsoft choisir ?

0

Vous rêvez d’endosser le rôle du tireur d’élite lors d’une partie d’airsoft, mais ne savez pas trop quelle réplique choisir pour être au maximum de vos performances ? Voici un article qui vous éclairera.

Gaz ou CO2 ?

Particulièrement puissants et offrant une qualité de visée performante, les répliques au gaz sont idéales pour les joueurs déjà expérimentés en raison de leur entretien complexe et minutieux qui paraîtra fastidieux pour les débutants. En revanche, les airsofteurs aguerris apprécieront leur mécanique pointue et exigeante.

Dans la majorité des cas, ils ne nécessitent pas d’upgrade car ils ont, d’origine, une puissance convenable et suffisante. Toutefois, le passage du gaz ou CO2 peut se faire et si vous désirez up grader, vous pourriez modifier le joint hop-up ou encore effectuer des modifications telles que le changement de canon de précision.

Ce que les joueurs leur reprochent, c’est le fait que leur puissance peut subir les modifications de température. D’autre part, ces répliques nécessitent du gaz et donc un approvisionnement constant. Leur prix est également plus élevé.

Le TAC 6 Sniper SL GNB CO2 est un modèle particulièrement apprécié des snipers puisqu’il associe des qualités fondamentales en partie : poids léger, poignée pistolet ergonomique qui tient le BB dans un magazine de type bâton permettant un rechargement rapide. Cette carabine dispose d’ une baie de montage intégrée pour un module de visée laser spécialement conçu pour ce fusil.

 

 

 

Spring, manuel, AEG…

Les Spring sont indéniablement les modèles les moins chers, les plus faciles à entretenir, et il offrent un niveau correct de performance et de réalisme à tous les joueurs, des plus expérimentés aux plus novices.

Le spring  fonctionne avec un mode de propulsion à ressort, il se réarme manuellement, il est donc semi-automatique.

Certains modèles sont particulièrement appréciés des snipers, comme le fusil AMOEBA, modèle « Striker ».

 

En fonction de votre budget, et de votre niveau de jeu, vous pourrez retrouver différents modèles de sniper à billes : des plus faciles d’utilisation à ceux qui pourront être équipés de manière plus complète, prisés par les utilisateurs confirmés.

Les AEG sont semi-automatiques contrairement aux utilisateurs de Bolt. Leur utilisateur peut donc tirer successivement plusieurs coups sans réarmer. Ces modèles sont souvent upgradés et permettent ainsi de tirer plus loin qu’un modèle standard.

Dans le commerce vous trouverez une grande quantité de modèles disponibles, à tous les prix, avec des chargeurs variant de 30 à 600 coups. L’avantage non négligeable de l’AEG, c’est la liberté d’utilisation que cela offre aux utilisateurs qui n’ont pas besoin de se munir de sparclettes ou bouteilles de gaz pour recharger leur réplique.

Le modèle  LT-01 G2 M933 Commando PACK COMPLET  offre un bon rapport qualité prix, il est doté d’un chargeur de batterie automatique, d’une gearbox renforcée, d’une batterie 9,6V 1600mAh.

 

 

Si vous êtes indécis ou souhaitez vous équiper le plus parfaitement et complètement possible, nous vous conseillons d’investir dans des « kit sniper », des répliques déjà équipées, prêtes à l’emploi, comme ce modèle haut de gamme, le top du sniper !