Accueil Blog

A quel âge peut-on pratiquer l’airsoft ?

0

Contrairement à ce que beaucoup pensent ou laissent penser, la pratique de l’airsoft est réglementée pour les mineurs : ils peuvent jouer, mais uniquement avec des répliques d’une puissance limitée à 0,08 joule maximum, tandis que leurs aînés, majeurs, eux, pourront pratiquer avec des répliques dont la puissance est comprise entre 0,08 et 2 joules.

Ce que dit la législation

Le texte de loi qui encadre la pratique de l’airsoft pour les mineurs est le décret 99-240 de 1999.

Article 1 : L’offre, la mise en vente, la vente, la distribution à titre gratuit ou la mise à disposition à titre onéreux ou gratuit des objets neufs ou d’occasion ayant l’apparence d’une « arme » à feu, destinés à lancer des projectiles rigides, lorsqu’ils développent à la bouche une énergie supérieure à 0,08 joule et inférieure ou égale à 2 joules, sont réglementées dans les conditions définies par le présent décret.

Article 2 : La vente, la distribution à titre gratuit à des mineurs ou la mise à leur disposition à titre onéreux ou gratuit des produits visés à l’article 1er du présent décret sont interdites.

On récapitule ? Les mineur ne peuvent donc pas utiliser des répliques d’une puissance supérieure à 0,08 joule, même si on leur offre, même si on leur prête, même si c’est pour jouer à la maison, dans le jardin. C’est INTERDIT.

Les idées fausses

On entend énormément d’informations erronées à propos de la possibilité pour un mineur de pratiquer l’airsoft. Donc si vous entendez une de ces affirmations, dites-vous bien que ce n’est pas possible :

  • J’ai 16 ans et je peux jouer dans le champ de mon oncle avec les répliques de mon père. Faux.
  • Puisque c’est interdit en France, je vais aller jouer en Belgique. Si tu veux, mais tu restes un mineur… et n’es donc pas couvert par les assurances en cas de souci.
  • Mes parents sont d’accord donc j’ai le droit de pratiquer l’airsoft. Faux.
  • J’ai 15 ans, je suis responsable puisque j’utilise un fusil de chasse le dimanche avec mon père. Ok, c’est bien mais l’utilisation d’une réplique reste elle, interdite.
  • Je suis majeur anticipé donc je peux acheter une réplique. Faux.

Comment pratiquer l’airsoft quand on est mineur?

La pratique de l’airsoft n’est donc pas illégale, ce qui l’est, c’est le fait de jouer avec des répliques dont la puissance est supérieure à 0,08 joules. Donc, il vous suffira d’acheter des « mini », ce sont des répliques utilisant des piles et ressemblant le plus souvent à une réplique longue raccourcie.

Leur puissance est de 0,07 joule pour respecter la législation, ces répliques tirent en automatique des billes de 0,12 gramme. Il faut compter une petite quarantaine d’euros grand maximum.

Les répliques que vous trouverez sont des springs mais aussi des pistolets, carabines et fusils mitrailleurs, les M16, Uzi, Smith & Wesson, MP5.

Airsoft, quelle arme de poing choisir ?

0

Les répliques de revolvers ou pistolets sont, rappelons-le, des armes factices à canon court, utilisables à une main. Elles sont utilisées comme répliques secondaires et particulièrement appréciées lors des combats rapprochés, dits CQB. Les répliques de poing ont deux modes de fonctionnement : au gaz (elles se rechargent alors comme des briquets, avec une bouteille) ou au CO2 (avec des cartouches dites sparclettes de 12 grammes positionnées dans le chargeur).

Concernant le matériau utilisé, les répliques courtes sont faites en ABS ou en métal, et ont soit une culasse fixe (elles sont donc relativement silencieuses), soit une culasse mobile (et sont donc offrant à l’utilisateur une sensation de recul).

Selon la marque ou le modèle que vous choisirez, les répliques de poing pourront être très réalistes et ressembler trait pour trait aux armes dont elles s’inspirent.

L’intérêt d’une réplique courte

Débuter la pratique de l’airsoft avec une réplique courte c’est une bonne manière d’entrer dans le jeu sans les contraintes techniques / de poids / de visée qu’une réplique longue pourrait générer. Très maniables car elles tiennent dans une seule main, c’est un bon compromis pour les premières parties. Un joueur débutant aura moins de mal à se faire discret une réplique courte à la main plutôt qu’avec une réplique type fusil d’assaut.

Autre critère qui plaide en faveur de la réplique courte : le prix ! Quand on débute, il faut penser à respecter les consignes de sécurité (achat de lunettes de protection, de gants…) et la réplique revolver est très accessible.

Plus vous serez familier de la pratique de l’airsoft, plus vous aurez envie et besoin de vous équiper avec une réplique longue : la réplique courte deviendra donc secondaire. Vous la porterez sur vous dans son holster et vous vous en servirez pour les combats rapprochés.

Quel type de réplique courte choisir?

Les répliques à gaz

Les répliques de poing ont deux modes de fonctionnement : au gaz (elles se rechargent alors comme des briquets, avec une bouteille) ou au CO2 (avec des cartouches dites sparclettes de 12 grammes positionnées dans le chargeur).

Très appréciées pour leur réalisme, ces répliques apportent à leur utilisateur des sensations, que ce soit du CO2 ou du gaz utilisé. L’utilisation du gaz peut sembler une contrainte pour certains car si vous voulez tirer, il va falloir recharger votre réplique !

Plus lourdes, car généralement en métal, les répliques courtes offrent même le recul des vraies armes, lorsque la culasse est mobile (on appelle cela le système « blowback »)

Les répliques électriques

Aussi appelées AEG (Automatic Electric Gun) ou AEP, elles sont très appréciées par les joueurs. Il en existe une grande variété de modèles pour tous les prix.

Ces répliques fonctionnent avec une batterie qui doit être rechargée au préalable sur secteur. Elles sont conseillées pour les débutants, car elles ne nécessitent aucune manipulation en cours de partie (à moins que vous ne deviez changer pour alterner entre une batterie vide et une remplie, nous vous conseillons d’ailleurs de vous munir de plusieurs batteries chargées pour ne pas vous retrouver démuni en cours de partie !)

Les répliques Spring (à ressort)

Particulièrement adaptées également aux débutants, ces répliques fonctionnent par le simple fait de tirer la culasse vers l’arrière afin d’amorcer le tir et presser la détente. Très peu onéreuses, vous vous sentirez toutefois vite limité en partie parce que contrairement aux adversaires bien équipés, vous ne pourrez tirer qu’une bille à la fois. En toute franchise, nous vous les conseillons davantage pour vous entraîner au tir.

 

Est-ce que l’airsoft fait mal?

0

Si vous avez déjà pratiqué le paintball, vous avez peut-être en mémoire les hématomes causés par l’impact des billes de 3 grammes propulsées avec une puissance de 10 joules. Les billes de paintball sont bien plus offensives que les billes d’airsoft qui demeurent elles indolores, à condition bien sûr, de respecter les règles de sécurité.

Est-ce que ça fait mal?

Le poids maximal des billes d’airsoft est de 0, 46 grammes. Elles sont en majorité conçues avec une base d’amidon de maïs ou d’un mélange de résine et de fragments d’orge. Il en existe aussi en plastique mais elles tendent à disparaître en raison de leur nocivité sur l’environnement. Le plomb et le métal sont totalement proscrits pour éviter tous les incidents.

La puissance maximale d’une réplique d’airsoft est de 2 joules pour 350 FPS. Autant dire que même si les billes sont légères, leur impact sur certaines parties du corps peut causer une légère douleur, un pincement vif. Cette brève et légère douleur permettra au joueur de signaler à son équipe et à l’équipe adverse qu’il est « Out » puisque, rappelons-le, les billes ne laissent pas d’impact coloré de peinture, contrairement au paintball.

Comment se protéger efficacement de l’impact des billes?

Pour éviter de se blesser et d’avoir mal, il existe des équipements obligatoires et d’autres qui sont plus que conseillés :

  • Le port de lunettes de protection est obligatoire : les organisateurs des parties, désignés comme responsables, ne vous autoriseront pas à jouer la partie sans protection oculaire.
  • Le masque est aussi fortement conseillé.
  • Des vêtements adaptés résistants et épais pourront également protéger votre corps de l’impact des billes : tenue militaire, gilet tactique, gants de protection… N’hésitez pas à acheter vos tenues dans les surplus militaires. En effet, les vêtements des professionnels de la sécurité sont conçus pour résister à toutes les situations.

Se protéger de l’impact des des billes, c’est aussi respecter les consignes de jeu édictées par les organisateurs. En général, les règles visant la sécurité de tous les joueurs sont les mêmes dans toutes les associations, c’est-à-dire :

  • Ne pas viser les endroits sensibles du corps comme la tête, les mains, les parties génitales.
  • Respecter les aires de jeu et ne pas tirer dans la zone neutre ou zone de sécurité où aucun tir n’est autorisé.
  • Respecter les distances de sécurité pour tirer, il n’est pas nécessaire de tirer sur un adversaire à bout portant !
  • Etre vigilant à la puissance de votre réplique, d’autant plus si vous l’avez up-gradée. Plus la puissance sera grande, plus l’impact sera douloureux.

 

 

 

 

 

Airsoft, quel gaz choisir?

0

Si vous avez décidé de troquer la réplique électrique contre celle à gaz, c’est une bonne option. Les adeptes apprécieront la puissance, le confort et la simplicité d’utilisation ainsi que le rapport qualité /prix inégalé. Sachez toutefois que le gaz et le CO2 sont principalement utilisés pour les répliques type armes de poing.

L’intérêt du gaz ou du CO2

En général, on estime que l’utilisation de l’un ou de l’autre varie en fonction des conditions climatiques.

Le CO2  : En hiver, il est préférable d’utiliser du CO2 qui est beaucoup plus sensible aux températures chaudes qu’aux froides. Autre avantage que vous apprécierez, les répliques fonctionnant avec du CO2 offrent des puissances supérieures et sont donc idéales pour des parties en extérieur. (Attention toutefois à ne pas dépasser les 2 joules réglementaires !)

Le gaz : En été préférez le gaz et non le CO2. En effet, les répliques fonctionnant avec du gaz sont assez sensibles aux températures basses, au point d’être sujettes quelquefois aux dégazages intempestifs, phénomène accentué avec les répliques en métal et à culasse mobile. A contrario, si vous utilisez du CO2 avec des températures extérieures hautes, la capsule peut risquer de chauffer et d’exploser en cas d’intense surchauffe.

Enfin, la différence entre le CO2 et le gaz réside aussi dans la manière de charger votre réplique : avec le gaz, vous procéderez de la même manière qu’avec un briquet, c’est-à-dire en remplissant le réservoir à l’aide d’une bouteille, tandis qu’en choisissant des répliques au CO2 vous les rechargerez avec des sparclettes.

 

Et si vous choisissez le CO2?

Si vous optez pour le CO2, sachez que le transport et le rechargement en seront facilités. Certains lui reprochent sa puissance, mais c’est à vous de connaître les limites hautes de votre réplique, d’utilisez un chrony si nécessaire pour l’utiliser en toute légalité. Assurez-vous également de ne jamais tirer de près, ou observer si votre adversaire est muni d’un gilet tactique. Le « Out! » verbal est aussi une excellente alternative aux tirs de répliques qui sont dans la limite haute de la puissance autorisée.

 

Et si vous choisissez le gaz ?

Si vous choisissez le gaz plutôt que le CO2, à présent, deux choix s’offrent à vous : les GNB /NBB (non blowback, culasse fixe) ou les GBB (blowback, culasse mobile). On fait le point?

Tirer avec une culasse mobile ou fixe ?

Les répliques à culasse mobile permettent un réalisme, indéniablement ! La culasse effectue un mouvement de va-et-vient quand vous tirez ce qui crée un effet de recul et des sensations très appréciables.

Pas nécessairement puissantes, ces répliques GBB nécessitent un entretien régulier et soigneux, c’est le seul inconvénient pour ceux d’entre vous qui ne sont pas férus de nettoyage.

Les répliques à culasse fixe, quant à elles, sont assez décevantes en terme de réalisme. Néanmoins, elles ont d’autres attraits non négligeables comme leur côté silencieux.

 

Airsoft : comment débuter ?

0

Si vous vous posez la question, c’est que vous savez déjà que l’airsoft est un loisir, un sport même, dans lequel les participants utilisent des répliques, des armes factices, propulsant des billes d’un diamètre de 6 à 8 millimètres, réglementées avec une puissance maximale de 2 joules.

 

Les règles du jeu 

A partir d’un scénario défini par les organisateurs, les joueurs s’affrontent en équipes, le but étant de toucher les adversaires avec les billes tirées par leur réplique afin de les éliminer temporairement. On appelle cela les mettre « out ».

Contrairement au paintball où l’impact de la bille laisse une trace, l’airsoft exige des participants une certaine honnêteté, appelée fair-play afin de se déclarer « out ».

Les règles de sécurité

Le port de protections oculaires est obligatoire.

La puissance des répliques ne doit pas excéder 2 joules.

Il est interdit de tirer à bout portant ou viser la tête de votre adversaire.

Il est interdit de tirer en présence de riverains, de marcheurs.

Le choix de la réplique

Il existe 3 types d’alimentation pour faire fonctionner votre réplique :

  • les répliques à ressort (spring) : ce sont des répliques d’armes de poing, donc pas vraiment adaptées comme première réplique pour les parties d’airsoft.
  • les répliques électriques (aeg) : elles fonctionnent grâce à une batterie. Celles-ci sont particulièrement conseillées aux débutants car elles sont fiables, solides et faciles d’utilisation, ne nécessitant pas un entretien poussé et soigneux. Avec le temps, il est courant que les débutants s’orientent vers une réplique gaz qui procure tout de même, avouons-le, plus de sensations quand on tire.
  • les répliques gaz : plus réalistes donc, les répliques gaz offrent aux utilisateurs des sensations (un vrai recul) lorsque l’on tire. Inconvénient de taille pour les débutants: l’entretien. Il faut démonter la réplique et la nettoyer après chaque partie, ce qui peut s’avérer complexe lorsqu’on ne connait pas encore bien le fonctionnement de celles-ci.

Concernant le modèle, il vous suffira de choisir quelle imitation d’arme réelle vous désirez avoir en main. Un conseil : ne jetez pas votre dévolu sur une réplique rare. Optez pour un modèle courant, ainsi vous pourrez plus facilement l’accessoiriser, et de manière moins onéreuse.

Où et avec qui pratiquer ?

De nombreuses associations ou clubs d’airsofteurs existent en France. Grâce aux réseaux sociaux, vous trouverez facilement une équipe ou une partie à rejoindre. A condition de respecter les règles de sécurité et de fair-play, vous avez de fortes chances de nouer de solides amitiés autour de cette passion commune.

Quant au lieu de pratique, sachez que vous ne pourrez pas improviser une partie d’airsoft avec quelques amis dans le terrain vague à côté de chez vous. Vous devez obligatoirement obtenir une autorisation écrite du propriétaire du terrain sur lequel vous avez prévu de jouer.

Le terrain de jeu pourra être extérieur ou intérieur. Evidemment, ce ne sont pas les mêmes stratégies qui seront mises en place dans ces espaces : si vous pratiquez l’airsoft dans un bois ou sous-bois, les sensations seront démultipliées (camouflage, bruits, obstacles sur le terrain…), les répliques longues seront indispensables. A contrario, dans une usine désaffectée par exemple, les joueurs utiliseront davantage des répliques courtes et ainsi les équiper de silencieux pour plus de discrétion.

Airsoft, quelle puissance choisir ?

0

L’énergie qui propulse la bille permet de déterminer la puissance de votre réplique et ainsi d’adapter votre jeu. Mais il ne faut pas oublier qu’au-delà de 2 joules, une réplique est appelée « arme » et en devient donc une. Si vous ne voulez pas devenir hors-la-loi alors que votre intention est seulement de participer à une partie d’Airsoft, nous vous conseillons de maîtriser quelques éléments concernant la puissance de votre réplique.

Comment calculer la puissance de sa réplique?

Il s’agit d’un calcul (que ceux qui sont restés allergiques aux mathématiques passent directement à la fin du paragraphe!) qui prend en compte la masse du projectile (donc de la bille) et sa vitesse de déplacement dans l’espace, donc son poids et son énergie.

Pour calculer la puissance de votre réplique, il faudra prendre en compte deux mesures (et leurs conversions) :

Les FPS (Feet Per Second) en anglais seront à transformer dans notre système métrique en M/S (Mètres par Seconde) : 1m/s = 3,28084 fps et 1fps = 0,3048 m/s. Les grains seront à convertir en grammes : 1 grain = 0,064891g et 1 gramme = 15,432358 grammes.

Voilà donc à présent la formule qu’il faudra appliquer :

énergie = masse x vitesse au ² / 2.

Pour vous simplifier les calculs il existe des tableaux de conversion où il vous suffira de vous repérer en croisant les informations sur le poids de votre bille et la puissance de votre réplique.

Et pour ceux qui sont réfractaires aux calculs, il existe un appareil conçu pour mesurer la puissance de votre réplique à l’aide d’un capteur interne : le chronographe ou chrony.

Quelle sera la bonne puissance pour votre réplique ?

Unanimement, les airsofteurs estiment que de 280 à 350 fps  la puissance moyenne est correcte pour jouer. Au-delà, ces puissances sont plutôt destinées aux snipers, tireurs d’élite ou totalement déconseillées voire interdites car dangereuses.

Pour augmenter ou baisser la puissance de votre réplique (« upgrader » ou « downgrader » dans le jargon des joueurs), il faudra changer le ressort. Cette pièce, on la retrouve dans les répliques AEG (c’est-à-dire les répliques électriques et non à gaz) et les fusils de sniper. Sa consistance, plus ou moins dure, détermine la puissance de la réplique : un ressort dur vous permettra de la rendre plus puissante. Situé dans la gearbox, donc dans le système de propulsion, le ressort transmet l’énergie au piston, et à la tête de celle-ci, ce qui envoie l’air et expulse la bille du canon.

Autre manière d’augmenter la distance de votre tir, optez pour un système Hop-Up : un petit bout de caoutchouc qui fera des merveilles sur votre réplique.

Inutile de changer de billes (matériau, poids…) car elles n’ont pas d’influence sur la puissance des tirs, elle n’en ont que sur leur portée. Une bille plus ou moins lourde diminuera ou augmentera sa stabilité et sa précision car plus elle sera légère, moins la trajectoire empruntée par la bille sera précise et elle sera plus sensible au vent par exemple.

 

 

Qu’est-ce que le hop-up Airsoft ?

0

Si vous êtes un airsofteur aguerri à la recherche d’une meilleure performance pour vos répliques, vous devez connaître le système du hop-up : inventé en 1993 par la société TOKYO MARUI, il augmente la portée des répliques sans augmenter la puissance de celles-ci par le biais d’un petit bout de gomme ou caoutchouc placé à l’entrée du canon.

Concrètement donc, imaginez deux joueurs en partie, équipés des mêmes répliques. L’une est équipée d’un système Hop-Up, l’autre non : la première permettra au joueur de tirer une bille qui visera une cible deux fois plus lointaine que la réplique qui n’en est pas équipée. Amélioration de la portée des billes, mais aussi de la précision, il est vraiment difficile de faire l’impasse sur le Hop-Up quand on est passionné d’Airsoft.

Alors, comment ça marche ?

Ce que l’on appelle le bloc hop-up est un élément situé entre le nozzle et le canon. Le joint Hop-Up, lui, est une pièce de caoutchouc malléable placée à l’extrémité intérieure du canon qui adaptera sa forme à chaque coup tiré : quand l’envoi de la bille est enclenché, celle-ci passe sous le Hop-Up qui la fait tourner sur elle-même par un effet de rotation (c’est un effet que l’on nomme « l’effet Magnus »), lui faisant prendre de la hauteur à la sortie du canon, ce qui la projette plus loin.

Et comment ça se règle ?

Certaines répliques sont dotées d’un Hop-Up fixe donc ne nécessiteront pas de réglage. D’autres sont dotées d’un Hop-Up réglable et il sera donc nécessaire que vous appreniez à effectuer vous-même les modifications nécessaires.

Pas de panique, le Hop-Up, ce n’est pas compliqué, mais comme le grammage des billes peut varier en fonction des répliques, le réglage ne sera pas le même non plus. Pour optimiser vos tirs, il faut que le trajectoire soit conforme à ce que vous attendez, c’est-à-dire un tracé droit sur une certaine distance, puis monter un peu et enfin redescendre.

C’est en testant vos tirs que vous pourrez observer ce qui ne va pas et ce qu’il convient de modifier.

Un bille qui n’a pas la « pêche » et qui retombe trop vite?  C’est que votre Hop-Up est réglé trop faiblement. Il faudra donc augmenter son effet. Observez votre réplique afin de trouver l’emplacement du Hop-Up et réinitialisez-le avant de tirer pour observer la trajectoire prise par la bille. Elles tombent donc trop rapidement? Alors serrez très progressivement et avec délicatesse le Hop-Up afin de redresser la trajectoire. Soyez attentif au trajet emprunté par la bille : elle doit s’élever légèrement vers le haut juste avant de retomber. Si c’est le cas, desserrez à présent un peu pour atteindre le juste réglage.

N’hésitez pas à tirer à de nombreuses reprises à chaque fois que vous serrez le Hop-Up pour vous assurer d’obtenir le résultat le plus adéquat.

Chaque fois que vous changez le grammage, la texture des billes ou même leur marque, pensez à effectuer un réglage sinon vous risqueriez d’être déçu des performances de votre réplique, et le Hop-Up ne servirait plus à rien…

Et les ultimes conseils…

Quelques précautions sont à prendre quant au hop-up trop serré : il est possible qu’il  bloque les billes entre le nozzle et le joint et ainsi créer un bourrage peu conseillé pour conserver la réplique en bonne utilisation.

Il est donc conseillé et préférable de réinitialiser le Hop-Up en serrant progressivement et ne jamais débuter le réglage par un serrage excessif !

 

Airsoft quelle bille choisir ?

0

Même si cela peut sembler anodin aux novices, le choix des billes est primordial si vous voulez optimiser l’utilisation et la puissance de votre réplique. Les billes (appelées BBs) pour la pratique de l’airsoft existent en différents poids, coloris, en différentes matières, et bien sûr qualité !

Voici donc un récapitulatif sur les points de vigilance à adopter si vous souhaitez acheter de nouvelles billes :

Le poids des billes

Le poids des billes aura une influence considérable sur la précision de vos tirs mais aussi sur leur rapidité.

Les premiers calibres sont de 0.12 grammes, ce sont les plus légères. Moins précises, elles sont trop légères pour ne pas être déviées de leur trajectoire par le vent. Elles sont utilisées par les répliques de faible puissance.

La norme standard est de 0.20 grammes mais plus vous recherchez la précision (comme les snipers), plus le poids augmentera : en général il utilisent des billes d’un poids de 0.28 grammes. A 0.20gr, elles restent stables dans leur trajectoire, y compris si le vent souffle un peu, ce sont celles qui mettront le plus en valeur vos tirs jusqu’à 350 FPS (Feet Per Second) pour une distance de tir variant de 40 à 50 mètres.

Les airsofteurs utilisent ces billes légères pour des répliques d’armes de poing type Spring.

L’utilisation de billes de 0.25 à 0.28g est parfaite pour atteindre une puissance comprise entre 350 et 450 FPS, (pour une distance de tir de 50 à 65 mètres environ). Ces billes, légèrement plus lourdes, sont conseillées pour des répliques à gaz ou des répliques AEG up-gradées, elles permettent une grande précision et une résistance non négligeable au conditions climatiques. Inévitablement la vitesse de vos tirs s’en trouvera impactée et diminuée.

Au dessus de 450 FPS, utilisez des billes de 0.36 à 0.43g. Ces billes ne sont pas recommandées, souvent même interdites, parce qu’elles font mal et peuvent blesser.

Nous vous conseillons néanmoins de vous référer à la notice de votre réplique pour connaître le grammage le plus adapté. Pas d’inquiétude, si vous utilisez des billes plus légères ou plus lourdes que le grammage recommandé, vous n’endommagerez pas votre réplique.

La matière de la bille

Les billes sont généralement en plastique ou en aluminium et donc peu soucieuses de l’environnement puisqu’elles restent indéfiniment sur les terrains de jeu au sol.

Certaines sont visibles dans le noir, ou dans l’obscurité donc traçantes, ce qui est vraiment un avantage quand les parties durent plusieurs jours et se jouent de nuit.

Oubliez celles faites de métal car elles sont dangereuses quand elles sont tirées sur l’adversaire, les impacts sont douloureux et peuvent causer des dégâts.

Il existe à présent des billes biodégradables, celles que les propriétaires de terrains de jeu préfèrent, puisqu’elles s’autodétruisent de manière naturelle dans la nature.

 

Ultimes conseils concernant l’achat de vos billes

L’achat des billes ne représente pas un gros investissement : il est préférable de choisir de la marque et de la qualité plutôt que d’endommager votre réplique avec des produits imparfaits et bas de gamme.

Attention à ne jamais  réutiliser une bille tombée au sol ! Ne pas charger non plus votre réplique avec des billes qui ne vous semblent pas parfaitement rondes ou si elles n’ont pas un diamètre de 6 mm.

Fuyez celles aux couleurs flashy, celles en vente dans votre supermarché du coin, celles qui sont trop brillantes ou transparentes, allez dans une boutique spécialisée.

L’airsoft en 5 questions

0

Parce que les pratiquants d’airsoft ont horreur des clichés que les médias véhiculent trop facilement, en les assimilant à des militaires qui auraient loupé leur vocation en jouant à la gué-guerre, sa pratique demeure volontairement confidentielle. Vous êtes novice, vous aimeriez essayer? découvrir?

Voici donc les 5 questions que l’on nous pose régulièrement à propos de l’Airsoft :

L’airsoft est-il dangereux?

Non, l’airsoft, s’il est pratiqué selon les règles de sécurité édictées par les organisateurs de la partie, n’est pas dangereux.

Ce qui peut être dangereux, c’est l’impact des billes dans les yeux MAIS le port de protections oculaires est obligatoire et les protections faciales sont vivement conseillées.

Ce qui peut être dangereux, c’est une réplique qui tire des billes avec une puissance de plus de 2 joules, MAIS les puissances supérieures sont interdites (sinon les répliques sont considérées comme des armes de 7ième catégorie et doivent être déclarées auprès de la gendarmerie).

Ce qui peut être dangereux, c’est le tir d’une bille à très courte distance, MAIS il convient de garder une distance de sécurité de 10 mètres (voire 20 à 30 mètres si la réplique est upgradée).

Doit-on s’habiller obligatoirement en militaire?

Non, les tenues militaires fidèles à l’authentique ne sont pas du tout la norme !

En revanche, pour une qualité de jeu, il est préférable d’être discret en adoptant une tenue de camouflage afin de vous fondre dans le décor et ne pas vous faire repérer par l’équipe adverse. Les tenues empruntées à celles des militaires sont très pratiques car elles sont adaptées aux loisirs de plein air (coloris discrets, multiples poches, tissu résistant…).

Certains se déguisent comme leurs personnages préférés de jeux vidéos, d’autres en tenue civile. Des joueurs organisent des hommages à certaines périodes historiques, des parties avec des scénarios s’inspirant de la Seconde Guerre Mondiale par exemple. Tout est possible !! Ce sont les organisateurs qui vous guideront concernant l’habillement ou le dress code requis.

 

Quelle est la règle du jeu?

Des équipes s’affrontent selon des scénarios définis au préalable par les organisateurs. Ceux-ci varient, ainsi que le nombre de joueurs et la durée des parties. La majorité du temps il n’y a pas de perdant ni de gagnant, donc pas de compétition. Mais le suivi du scénario établi permet le plaisir du jeu.

Comment intégrer une partie sans faire partie d’une association?

Les forums sur la toile ne manquent pas. Vous trouverez facilement des passionnés non loin de chez vous. C’est vrai qu’il n’est pas toujours facile d’intégrer un groupe de joueurs en ne connaissant personne, pourtant c’est faisable… et facile quand on est tous réunis pour la même raison !

Pour éviter tout faux pas, renseignez-vous au préalable auprès des organisateurs pour savoir s’il y a des exigences particulières (tenue, réplique…) et n’oubliez jamais de faire preuve de fair-play.

 

Est-ce un sport « de riche »?

Comme beaucoup de loisirs, un équipement minimal est requis : concernant l’airsoft, une réplique munie de billes (de cartouches de gaz, et de chargeurs selon le type de réplique) est indispensable.

Il faut compter entre 100 et 300 euros pour un équipement correct. N’hésitez pas à comparer et vous renseigner (réplique courte ou longue, gaz, CO2, à ressort, électrique, AEG…). Vous amortirez vite votre investissement, sachant que les prix des consommables (billes et gaz) sont très accessibles. Nous vous conseillons d’entretenir votre réplique et la nettoyer après chaque partie pour lui garantir une durée de vie maximale.

 

A présent, n’hésitez plus ! Lancez-vous en toute sécurité ! Encadrée et réglementée afin d’éviter toutes les dérives dangereuses, les passionnés sont des personnes prudentes et responsables qui militent pour une pratique de qualité mais surtout pour une maximum de plaisir !

 

Le rôle de l’éclaireur

0

Dans l’Armée, l’éclaireur c’est aussi celui que l’on surnomme le « recon » parce qu’il a pour mission de partir en reconnaissance pour observer l’avancée des ennemis et revenir avec des informations qui seront exploitables pour son camp. Dans une partie d’airsoft, l’éclaireur aura le même rôle au sein de son équipe.

Qu’il s’agisse des militaires ou des passionnés d’airsoft, les éclaireurs sont choisis pour les qualités dont ils font preuve, à savoir un sens de l’observation aigu, leur connaissance de l’environnement et du terrain de jeu. Ils doivent être rapides, discrets et efficaces. Le Recon doit aussi être mobile et ne pas reculer devant l’effort et la marche à pieds ; il est bien souvent la cible idéale et pour éviter d’être touché, il devra se déplacer sans relâche. Comme son nom l’indique, il doit éclairer le chemin de ses coéquipiers, c’est à dire les prévenir des risques qu’ils pourraient rencontrer et leur donner le meilleur itinéraire. Aujourd’hui on appelle ça également « le renseignement humain ». L’objectif est de s’approcher à vue des troupes ennemies, de pouvoir lister les points faibles et les points fort du camp adverse, de faire un rapport à son équipe, puis de trouver une faille dans leur défense. Enfin l’éclaireur devra revenir sans se faire repérer, s’il doit tirer c’est que sa mission n’a pas été bien réussie.

Etant donné la concentration et l’énergie que requiert ce rôle, les soldats ou même les équipes d’airsoft se partagent le rôle tour à tour pour éviter également que ce soit toujours la même personne en première ligne du combat.

Certains le comparent à un lièvre car c’est celui, dans une partie, qui se sacrifie pour « la bonne cause », celui que les snipers de l’équipe adverse visent en premier et qui permet à ceux de son équipe de les repérer et donc les déloger!

Équipé de manière plus légère qu’un autre joueur, l’éclaireur est plus discret lorsqu’il se déplace. En effet, question équipement une tenue camouflée (plutôt légère et discrète) sera parfaite, ainsi qu’une réplique, de préférence légère, car l’éclaireur n’est pas sensé ouvrir le feu. Une paire de jumelles et un talkie-walkie avec kit oreille pour être le plus discret possible compléteront l’équipement. Certains éclaireurs gardent à portée de main (ou de sac à dos) un filet de camouflage sous lequel ils s’abritent en deux temps trois mouvements pour se cacher dans les buissons lorsque des adversaires sont dans les parages. La pince coupante est également l’accessoire « confort » pour vous frayer un chemin parmi les branchages et les ronces sans déchirer votre tenue.

Niveau répliques, il est également équipé léger, d’une arme de poing et d’un pistolet mitrailleur. Les deux c’est la solution parfaite : arme de poing dans un holster et pistolet mitrailleur type MP5 dans la main pour progresser.