Accueil Blog

Airsoft : Li-po ou Ni-mh ?

0

Les répliques de type AEG (Automatic Electric Gun) fonctionnent grâce à l’électricité contenue dans des batteries. Afin de vous aider à effectuer le bon choix, voici un comparatif des spécificités des batteries Li-po et Ni-mh.

Les batteries Li-Po  (Lithium – Polymère)

Les batteries Li-Po sont les plus récentes et issues des technologies les plus modernes. Ce que les joueurs d’Airsoft apprécient avec ces batteries LiPo, comme celles-ci, c’est leur format compact (elles sont petites et prennent peu de place), l’énergie constante qu’elles déploient, ainsi que leur longue durée d’utilisation. Leurs utilisateurs les trouveront vite irremplaçables. L’avantage c’est que les capacités de tir seront régulières, sans décroissance de la puissance ; en revanche elles nécessitent une certaine vigilance concernant leur décharge car si elles sont totalement déchargées elle ne fonctionneront plus.

En effet, soyez vigilant car les batteries Li-Po demeurent fragiles et nécessitent une attention particulière quant à leur chargement : il ne faut jamais les laisser déchargées. Si vous ne les chargez pas rapidement, elles risquent de gonfler et peut-être d’éclater.

Même vigilance concernant la manière dont vous prenez soin de votre matériel : évitez les chocs violents, les surtensions, observez l’état de votre batterie et si vous avez un doute (méfiez-vous de l’aspect « gonflé »), investissez dans une nouvelle.

Quelques conseils avant d’acheter une batterie Li-Po :

Afin de lui garantir une longue vie, nous vous conseillons d’avoir recours à un Mosfet (ce qui coupera la batterie en cas de baisse de tension) mais aussi à une prise d’équilibrage qui vous permettra, comme son nom l’indique, d’équilibrer les différents éléments de la batterie. Investissez dans un indicateur de charge constante ou un buzzer (comme celui-ci) qui vous alertera que le niveau de charge est à son maximum, cela vous évitera des désagréments.

A savoir : Elles sont disponibles en 7.4V (2 x 3.7volts) ou 11.1V (3 x 3.7 volts).

Les batteries NiMh (Nick Metal Hybrid)

Considérées comme les plus sûres par les airsofteurs, les batteries NiMh peuvent être complètement chargées ou déchargées sans risque de casse, ce qui est parfait pour les débutants. Elles sont solides et offrent aux utilisateurs des heures de jeu car leur autonomie est longue. Leur charge est facile et ne requiert pas une surveillance particulière.

Ce qu’on leur reproche souvent ? La baisse de voltage rapide qui entraîne une perte de vitesse de propulsion de la balle. Progressivement vous sentirez que votre réplique n’a « plus de jus » lorsque vous tirez et c’est assez désagréable en pleine partie !

Vous trouverez une sélection de batteries ici

Quelques conseils avant d’acheter une batterie Ni-Mh :

Stockez votre batterie dans une pièce à température ambiante et veillez à ce qu’elle soit chargée.

Attention également, il est bon de savoir que si vous la sous-chargez, vous perdrez en durée de jeu mais si vous la surchargez, vous risquez une destruction progressive des capacités d’alimentation.

A savoir : Les batteries Ni-Mh se composent de piles de 1,2volts qui sont assemblées pour former une puissance totale de 8,4v ou 9,6volts.

Comment recharger un airsoft ?

0

Charger votre réplique en billes est un geste simple, puisqu’il vous suffira de remplir le chargeur. Toutefois il existe des astuces qui vous éviteront de multiples manipulations mais également des dysfonctionnements.

Recharger votre réplique Airsoft en billes

Comment ça marche ? Dans une réplique AEG, tout ce qui est lié au fonctionnement – excepté le moteur – se situe dans la Gearbox (boîte à engrenages). A l’intérieur de celle-ci, on va trouver le système de transmission, de propulsion et de connectique. C’est dans la partie « transmission » que le système de chargement de billes s’effectue, notamment dans une partie appelée le « Sector Gear ». Denté sur la majeure partie de sa circonférence, il permet la propulsion, mais aussi le rechargement grâce au déplacement du Tappet Plate, qui se situe juste en dessous du cylindre. Cette pièce, qui est placée sur l’avant du boitier, permet le rechargement systématique de billes dans la chambre du canon. 

Concrètement c’est très simple, il vous suffira d’enlever le chargeur, le remplir de billes et le replacer.

Les différents types de chargeurs

Le chargeur HI CAP est doté d’une trappe de grande capacité. Pour qu’il fonctionne, il vous suffira de le remplir de billes, celles-ci seront remontées grâce à un ressort qui se trouve comprimé par la molette que vous actionnerez sous le chargeur. Certains chargeurs vous permettront de tirer toutes vos billes d’un coup, d’autres nécessiteront que vous actionniez la mollette toutes les 30 billes.

Les chargeurs Hi Cap comme ce modèle-ci sont vraiment intéressants et pratiques en partie. En revanche, le bruit qu’ils émettent lorsque les billes s’entrechoquent peut vraiment freiner les stratégies de jeu nécessitant une relative discrétion.

Le chargeur Mid Cap, de capacité moyenne, n’est doté que d’un canal et d’un ressort. Il n’est pas muni d’une trappe et pour insérer les billes, il faudra vous munir d’un BBloader (BB désignant les billes) pour les insérer dans le puits. Concernant le fonctionnement, il s’agit d’un ressort qui se comprime lorsque l’on met les billes, et qui permettra la poussée des autres billes dès qu’on actionne le tir.

Le Speed loader ou BB’s loader ou encore chargette à bille, est un accessoire permettant de simplifier le rechargement en billes de répliques, ceci concerne les chargeurs Mid Cap ou Low Cap, qui ne sont pas équipés de molette. Vous en trouverez un exemple ici : https://www.stock-armurerie.com/catalogsearch/result/?q=speedloader. Il peut contenir une capacité allant de 100 à 400 billes.

Enfin, le chargeur Low Cap (ou Real Cap) est un chargeur faible ou dit « à capacité réelle ». Son fonctionnement est identique à celui du Mid-Cap mais leur capacité est réduite pour se rapprocher au maximum des chargeurs réels.

Et quand la bille est bloquée dans le canon ?

Première règle concernant l’achat des billes : choisir de la marque et de la qualité plutôt que d’endommager votre réplique avec des produits imparfaits et bas de gamme.

Attention également à ne jamais  réutiliser une bille tombée au sol ! Ne pas charger non plus votre réplique avec des billes qui ne vous semblent pas parfaitement rondes ou si elles n’ont pas un diamètre de 6 mm.

Pour décoincer une bille, retirez tout d’abord le chargeur et huilez le canon avec de l’huile de silicone, comme ce modèle-ci https://www.stock-armurerie.com/spray-huile-siliconee-nuprol-premium.html. A l’aide d’une baguette fine que vous introduisez dans le canon, extrayez en poussant la bille ou les billes coincée(s). Faites-les retomber une à une dans le puits (et non pas le canon).

Airsoft, sport ou loisir ?

0

L’airsoft est une activité qui sollicite la condition physique des participants et leur esprit sportif ( avec le fairplay). Sa pratique est sportive et s’apparente également à un loisir ; alors, quelle est la différence entre les deux ?

Ce qui caractérise le sport, c’est la compétition avec la recherche de performances dans l’optique de répondre à des objectifs que l’airsofteur s’est fixés. Le loisir lui, est davantage associé à l’aspect ludique et à la recherche de plaisir.

L’airsoft sportif selon la FFA

« L’Airsoft Sportif est l’ensemble des pratiques d’Airsoft en équipe ou individuelles qui, à travers une participation organisée, a pour objectif l’expression ou l’amélioration de la condition physique et psychique, le développement des relations sociales ou l’obtention de résultats en compétition de tous niveaux et la recherche de performances. Ces pratiques sont strictement encadrées par la Fédération Française d’Airsoft conformément à ses statuts ».

La pratique de l’airsoft sportif se doit de répondre à un règlement strict. En effet, celui-ci établit les règles de la discipline de manière à homogénéiser la pratique sur tout le territoire et ainsi faire des compétitions.

Différentes disciplines, individuelles ou par équipe, sont répertoriées. Il existe notamment le tir sur cibles, la capture de drapeau etc…

L’airsoft de loisir selon la FFA

« L’Airsoft Loisir correspond à une activité ludique réunissant une ou plusieurs personnes qui utilisent les répliques d’airsoft. Cette activité peut se présenter sous plusieurs aspects très différents incluant selon les pratiquants une part de jeu de rôle, de jeu de simulation de combat ou simplement du tir sur cible.
L’aspect le plus commun est une opposition de deux équipes constituées dont les joueurs essayent de s’éliminer mutuellement en se touchant avec les projectiles tirés par les répliques d’airsoft. Que ce soit l’airsoft sportif ou de loisir, tous deux sont encadrés par les réglementations édictées par la Fédération Française d’Airsoft. Elles doivent impérativement être pratiquées avec les répliques d’airsoft telles que définies par la loi ( R311-1 du Code de la Sécurité Intérieur et Décret 99-240) et obligatoirement avec des lunettes de protection oculaire correspondant à la norme EN166. »

Cette pratique, la plus répandue aujourd’hui, consiste à opposer sur un terrain balisé deux équipes qui vont suivre un scénario et des règles définis par les organisateurs.

Ces règles peuvent être aussi simples que “1 touche = 1 sortie jeu” ou plus compliquées avec des règles de soin en fonction de la partie du corps touchée par la bille. Les buts sont, eux, aussi variés que l’imagination des joueurs. On peut selon les cas devoir tout simplement sortir tous les joueurs adverses ou bien avoir à infiltrer une base et en ressortir un objet ou une personne.
Reste LE point commun à tous : le fairplay.
En effet aucun marqueur physique n’existant en airsoft, c’est le joueur qui sent la touche qui va se déclarer « out ».


Airsoft, où pratiquer ?

0

Peut-on tirer n’importe où avec sa réplique ? S’il est facile de s’entraîner au fond de son jardin, il est plus compliqué de s’exercer quand on habite en appartement ou en ville… Alors quelles sont les solutions ?

Mise au point sur la réglementation…

Voici ce que précise la Fédération Française d’Airsoft :  » Le jeu d’airsoft se pratique sur des terrains dûment autorisés par leur propriétaire. Ce peut être un bois ou une forêt, un immeuble ou un terrain bâti recouvert de plusieurs bâtiments.
Conformément à la loi sur le maintien de la sécurité publique et de l’ordre public et pour des raisons évidentes de sécurité, il ne peut se pratiquer sur la voie publique ou sur les propriétés privées ouvertes au public (commerces, zones commerciales, parcs et jardins publics, monuments, parcs d’attraction, etc.) « 

Donc, pour pratiquer l’airsoft, où que vous alliez, dans un bois, une forêt, un terrain désaffecté, vous devrez obtenir l’autorisation écrite du propriétaire du terrain (ou de ses représentants)  sur lequel vous allez pratiquer. Les aires de jeux doivent être occupées en toute légalité.

Les malentendus avec le voisinage ou le public sont fréquents, et nous vous conseillons d’être plus que vigilants quant à la manière dont vous communiquez : n’hésitez pas à prévenir la gendarmerie ou la police du lieu, de la date, des horaires de votre partie d’airsoft afin de clarifier vos intentions.

L’intérêt d’adhérer à une association

Souvent, les associations d’Airsoft ont développé un réseau de lieux dans lesquels il est possible de jouer : vous pourrez profiter de différents terrains, avec différentes caractéristiques, en toute légalité.

Il est aussi plus facile de négocier une location avec des propriétaires de terrains si vous êtes légalement couverts et protégés par l’assurance de votre association en cas d’incident.

Il y a aussi de multiples raisons en dehors du lieu de pratique : la convivialité, la multitude des partenaires de jeu, le partage d’une même passion, les tarifs préférentiels négociés chez les commerçants vendant matériel et équipement d’airsoft…

Jouer outdoor ou indoor ?

L’espace de jeu pourra être ouvert, c’est-à-dire en pleine nature, ce que la majorité des airsofteurs préfère car ils profitent ainsi d’une longue portée de tir, pouvant utiliser des répliques longues. En outre, les possibilités offertes par le jeu en terme de cachettes, de dissimulation sont infinies, tous les sens des participants sont ainsi en éveil : un craquement de pas dans les feuilles tombées à terre, une branche d’un arbre qui remue… La montée d’adrénaline en pleine partie n’en sera que plus grande !

Certaines entreprises proposent de louer des terrains spécialement créés pour la pratique de l’airsoft, ils sont souvent aménagés de manière réaliste (tranchées, miradors, bunkers, forts…) afin d’optimiser les scenarii des joueurs comme le match à mort en équipe, la prise des drapeaux, le nettoyage de tranchées, la prise du fort…

L’espace de jeu peut également être fermé, c’est ce qu’on appelle les CQB (Close Quarter Battle) et les entreprises qui louent les aires de jeu ne manquent pas d’imagination puisque vous pourrez pratiquer dans des espaces désaffectés et aménagés pour votre plaisir : des anciens sanatoriums, hôpitaux, usines, bureaux…

Jouer dans un CQB ne requiert pas les mêmes exigences puisque votre combat sera rapproché et les répliques que vous utiliserez seront plus souvent des armes de poing type revolvers ou pistolets. Difficile de se camoufler sans végétation, ce qui peut frustrer les amateurs de tenues militaires type camouflage ! En revanche les amateurs d’accessoires pourront équiper leurs répliques de silencieux par exemple. C’est une véritable stratégie alliant communication avec vos coéquipiers, mais aussi précision dans vos tirs et vos déplacements qu’il vous faudra mettre en place.

L’idéal pour les airsofteurs qui aiment varier leur jeu, c’est de pratiquer sur un emplacement couvert (qui aura aussi l’avantage de vous offrir une solution de repli en cas de mauvais temps), mais qui dispose d’un espace découvert, boisé. En effet, jouer sur un terrain alliant outdoor et indoor vous permettra d’utiliser et alterner entre répliques longues et armes de poing et de rendre le jeu plus varié.

Quelle radio airsoft acheter ?

0

Plus on pratique, plus on affine ses stratégies de jeu et par conséquent ses manières de communiquer en équipe. Les talkie walkies ou radios deviennent alors un équipement indispensable du joueur.

Précautions à prendre avant l’achat

En France et en Europe, il n’y pas besoin de licence spécifique pour utiliser ce type de radio, à condition qu’elle respecte la norme PMR446 qui limite la puissance d’émission à 500 mW (ce qui équivaut à peu près à une écoute à 200 mètres en terrain accidenté et 3km en terrain découvert). Votre radio doit également être équipée d’une antenne fixe.

Sur chaque radio que vous achetez il y a 8 canaux préenregistrés :

1 446.00625 
2 446.01875 
3 446.03125 
4 446.04375 
5 446.05625 
6 446.06875 
7 446.08125 
8 446.09375 

Vous les trouverez notés 1.0, 2.0, 3.0…

Sur certains modèles, il y a des sous-canaux préenregistrés également, notés 1.1, 1.2…  Cela permet de désigner un canal par équipe et un sous-canal selon le rôle que vous endossez dans votre équipe si vous êtes nombreux.

La limite de la légalité

Attention si vous achetez des radios programmables en Asie, elles sont plus puissantes et vous offrent donc en général plus de portée mais il vous faudra les configurer pour répondre à la norme PMR446. Ces radios demeurent illégales en France et si vous êtes contrôlé, vous risquez de le regretter.

Voici, pour information, le textes de loi qui définit l’usage des radios :

Article L39-1 du code des postes et des communications électroniques
Est puni de six mois d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende le fait :
1º De maintenir un réseau indépendant en violation d’une décision de suspension ou de retrait du droit d’établir un tel réseau ;
2º De perturber, en utilisant une fréquence, un équipement ou une installation radioélectrique, dans des conditions non conformes aux dispositions de l’article L. 34-9 ou sans posséder l’autorisation prévue à l’article L. 41-1 ou en dehors des conditions réglementaires générales prévues à l’article L. 33-3, les émissions hertziennes d’un service autorisé, sans préjudice de l’application de l’article 78 de la loi nº 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication ;
3º D’utiliser une fréquence, un équipement ou une installation radioélectrique dans des conditions non conformes aux dispositions de l’article L. 34-9 ou sans posséder l’autorisation prévue à l’article L. 41-1 ou en dehors des conditions réglementaires générales prévues à l’article L. 33-3

Conseils d’achat

Il faut compter de 60 à 200 euros pour les modèles fiables et de qualité. La marque MIDLAND est réputée et propose une large gamme de modèles.

Certains modèles sont vendus avec des équipements (micros, oreillettes, ce qui est bien pratique). Si ce n’est pas le cas, nous vous conseillons de vous en équiper, ce qui vous permettra d’avoir les mains libres, ce qui est nécessaire pour tenir votre réplique.

Les porte-radios vous seront également bien utiles pour fixer votre équipement à la ceinture.

Comment ça fonctionne ?

Le système PTT (Push To Talk) est celui qui est recommandé car il permet à son utilisateur d’appuyer sur un bouton pour émettre et communiquer avec ses coéquipiers. S’il n’est pas équipé de ce système, l’émission sera continue et cela pourra vite devenir très exaspérant pour ceux qui se feront polluer les oreilles sans répit !

Conseil pratique auquel il faut penser avant de commencer la partie : chaque équipe doit choisir un canal radio afin de ne pas tous discuter sur le même canal. Pensez à définir également un canal commun à toutes les équipes, notamment pour échanger concernant  l’avancée globale de la partie. Un joueur peut assurer le rôle du communiquant au sein de l’équipe et un autre peut prendre en charge la communication avec les autres équipes, ce qui parait plus équitable et confortable.

Pour une utilisation optimale de la radio, il est important que toutes les équipes portent un nom facilement identifiable et mémorisable. Souvent les joueurs donnent des noms d’oiseaux ou de serpents anglais (« duck », « eagle », « cobra »…), ou encore des noms tirés de l’alphabet international (« alpha » « bravo »…). Tous les lieux aussi doivent être désignés de la même manière par tous les participants ( « zone neutre », « camp ennemi »…).

En interne, les communications, pour être efficaces, doivent obéir à certaines règles : dans un premier temps, il faut nommer la personne (le joueur) à qui vous voulez parler et dans un second temps, vous désigner vous-même, comme suit : « Alpha à Bravo ». Cela évitera que tous les membres de l’équipe répondent en même temps lorsque vous prenez la parole dans l’émetteur. Votre interlocuteur répondra alors : « Ici Bravo j’écoute ». Indiquez également que vous terminez la conversation de manière à ce que d’autres coéquipiers puissent à leur tour utiliser l’émetteur-récepteur en concluant par ces mots : « Terminé ! »

A noter qu’une information urgente signalée « Urgent ! Urgent ! Urgent ! » par un airsofteur fera cesser toutes les autres conversations. Priorité à l’urgence !

Airsoft et militaire

0

Impossible de ne pas faire de liens entre l’airsoft et le domaine militaire : le lexique employé, les tenues, les équipements et accessoires sont tous empruntés aux forces armées.

L’airsoft et l’entraînement des militaires

Depuis deux ans déjà les militaires utilisent les répliques (imitations d’armes réelles) notamment pour l’instruction et le perfectionnement des tireurs ainsi que pour la préparation aux missions en milieux clos.

Dans le cadre de l’opération Sentinelle, l’utilisation des répliques permet de former en toute sécurité, de manière pratique, à l’aide de mises en situation individuelles et collectives. Autre avantage non négligeable pour l’Etat : le moindre coût d’utilisation des répliques.

Utiliser l’airsoft, au-delà de l’utilisation des répliques, c’est reproduire des stratégies de combat pour évoluer dans le jeu : viser, être stratège, développer une tactique de progression en équipe….

Mais, il y a des limites au réalisme puisque la réplique demeure beaucoup plus légère qu’une arme réelle, elle ne produit pas de bruit de détonation. Recharger en billes ou en munitions n’est pas du tout la même chose, surtout en termes de contenance. Enfin, le poids du projectile : une bille en plastique sera beaucoup moins fiable dans la trajectoire qu’elle empruntera à cause de sa légèreté.

La dernière limite mise en lumière par les professionnels, c’est celle concernant la « gestuelle IST-C » ( Instruction Sur le Tir de Combat) car les trois manipulations de base (comme le CPS et le retrait de cartouche) sont impossibles à mettre en place, tout comme les résolutions d’incidents de tir.

Enfin, la manipulation des répliques invite au jeu, or, dans le cadre des entraînements militaires, le ludique n’a pas sa place.

Et du côté joueurs d’airsoft, quels liens avec l’Armée?

Les passionnés sont à la recherche de sensations et pour certains, celles-ci sont multipliées quand ils se sentent proches d’une réalité militaire lors de parties dites « Milslim » (military simulation). Les joueurs adoptent alors des stratégies de guerre, il y a un aspect tactique particulièrement important : les équipes se concertent pour infiltrer l’équipe adverse, s’organisent pour partir en reconnaissance, extraire des prisonniers, transmettre des codes secrets…

Contrairement à une partie plus ordinaire et divertissante, les qualités développées par les joueurs exigeront plus de savoir-faire notamment concernant les réflexes à acquérir, la précision, les équipements et leur utilisation. Une véritable cohésion d’équipe est requise pour que la partie soit réaliste et le résultat est souvent bluffant de réalisme !

Tenues, équipements, accessoires : les magasins de surplus militaire sont les cavernes d’Ali Baba pour les joueurs d’airsoft qui y trouvent tout ce dont ils pourraient avoir besoin pour des Opé ou pour faciliter leur technique de jeu : matériel de bivouac, gilets tactiques, sacs à dos.

Concernant les vêtements militaires, que vous soyez adepte de Milslim ou pas, ils sont particulièrement adaptés parce qu’ils sont résistants, qu’ils empruntent les couleurs de la nature avec des motifs camouflage ou des coloris bruns, beige, vert…

Pourquoi installer un silencieux sur votre réplique ?

0

Quand vous tirez avec des armes réelles, l’accessoire que l’on appelle « silencieux » est destiné à affaiblir le bruit de la détonation. Dans la pratique de l’airsoft, accessoiriser sa réplique avec un silencieux n’a pas le même objectif, même s’il peut quand même amoindrir le bruit…

Amoindrir le bruit ?

La première raison qui explique l’effet assez relatif de l’atténuation du son, c’est sa provenance : en effet si dans les armes réelles le son provient du canon, dans les répliques AEG par exemple, il vient du moteur (donc de la poignée), de la gearbox . Il est donc plus complexe et plus difficile de l’amoindrir.

Mais, rassurez-vous, tous les modèles ne sont pas à égalité et certains joueurs trouveront de véritables bénéficies à l’utilisation d’un silencieux sur leur réplique GBB.

En général, les silencieux rendent le bruit moins aigu, ils donnent la sensation de l’étouffer. De plus en plus de joueurs ont recours à des pratiques « fait maison » en utilisant en plus des silencieux ou à la place de ceux-ci des matériaux isolants et absorbant le son comme des rondelles de plexiglas, de la mousse compacte ou du liège. Vous trouverez sur internet dans les sites ou forums spécialisés de nombreux tutos qui vous guideront pas à pas si vous désirez tenter l’expérience.

Avant d’investir dans un silencieux, vérifiez tout de même l’étanchéité de votre réplique car c’est elle qui fait résonner la tête de piston et qui provoque le bruit que vous cherchez à etouffer.

Améliorer les performances ?

Si vous choisissez un silencieux d’airsoft qui est doté d’un canon interne, vous améliorerez les performances de votre réplique.

L’esthétisme de la réplique équipée d’un silencieux

Vous avez déjà vu une belle réplique équipée d’un silencieux ? Quelle classe et quelle allure !

Avouons-le, les joueurs d’airsoft craquent sur l’achat d’un silencieux pour accessoiriser leur réplique et lui donner un look plus marqué.

Vous pourrez choisir sa longueur, sa couleur ou son diamètre pour qu’il soit parfaitement adapté à l’esthétisme de votre réplique, de manière à la personnaliser à votre goût. Assurez-vous de leur compatibilité afin d’éviter les mauvaises surprises.

Silencieux Navy Seals Universel Tan

Airsoft, choisir sa réplique

0

La question du choix de votre réplique principale est bien souvent cruciale : pour des raisons d’efficacité sur le terrain de jeu, mais également pour une raison financière. L’investissement monétaire peut représenter un certain coût et pour ne pas se tromper, il faut bien cerner le rôle que vous allez endosser dans l’équipe.

Où allez-vous pratiquer ?

Comment jouez-vous ? Plutôt en solitaire ? Ce qui vous plait dans les répliques d’airsoft c’est la possibilité de vous entraîner au tir au fond de votre jardin ? Alors inutile d’investir dans une réplique de fusil mitrailleur ou une réplique au réalisme épatant, mais dans un bon matériel, facile d’utilisation, qui privilégie la précision du tir. Les AEG ou répliques de type électrique seront parfaites.

Vous jouez plutôt en CQB (Close Quarter Battle)? c’est-à-dire en milieu fermé, dans des bâtiments loués par une société organisatrice ? Inutile d’investir dans des répliques dites longues, donc encombrantes et gênantes dans des endroits limités par l’espace. Il va donc falloir investir dans des modèles plus compacts qui ne gêneront pas vos mouvements ni ceux de vos coéquipiers : les répliques courtes seront idéales, ou bien les MP5, G36C. Les répliques type FAMAS sont aussi vraiment adéquates pour ce genre de jeu.

Jouer en extérieur vous permettra l’utilisation de toutes les répliques, y compris les plus encombrantes. Plus vos distances de tir seront longues, plus votre canon pourra être long, ce qui améliorera votre portée ainsi que votre précision.

En général, plus vous êtes mobile, plus la réplique courte sera adaptée. Les répliques longues avec canon long sont davantage privilégiées par les joueurs statiques.

Définir votre rôle en partie

Si vous êtes habitué à jouer au sein d’une association dans une équipe, vous devez avoir trouvé quel est le rôle que endossez. Pour simplifier, nous en distinguerons quatre :

  • Le leader ou chef de l’équipe : c’est le meneur du groupe, celui qui déclenche les offensives. Il est généralement armé d’une réplique de fusil d’assaut ou mitraillette qui permet les tirs en rafale. Souvent, le leader se munit d’une réplique secondaire, une réplique de poing.
  • Le soldat que l’on appelle aussi le fusilier fait partie du groupe d’intervention, il est au cœur de l’action. Comme son nom l’indique les fusils d’assaut sont ceux qu’il maniera avec le plus de plaisir et d’efficacité en partie.
  • Le sniper c’est le tireur patient et statique, souvent caché, qui atteint ses cibles à longue distance. Ils utilisent des répliques comme les fusils de précision à canon long, les carabines. Puissance et précision sont les deux grandes qualités de ces répliques.
  • Le soutien, c’est le rôle des mitrailleurs ou ceux que l’on appelle les « supports » : à l’aide d’un fusil d’assaut ou mitrailleur, ils protègent leur équipe en tirant en rafale, ce qui a pour conséquence de repousser l’équipe adverse. Ils sont prévoyants et, équipés de nombreux chargeurs, ils se positionnent légèrement en retrait de la zone de contact.

A présent que vous avez défini le type de surface sur laquelle vous allez pratiquer, et le rôle que vous allez endosser, vous avez désormais les cartes en main pour choisir la réplique qui vous permettra de jouer avec le maximum de sensations.

Airsoft, quelle marque choisir?

0

L’airsoft est un sport et un loisir de plus en plus prisé et les marques ne s’y sont pas trompées en développant de multiples modèles de répliques, longues ou courtes, inspirées des armes authentiques qui ont fait rêver les passionnés.

Nous allons donc vous aider à faire votre choix parmi une sélection de répliques AEG (Automatic Electric Gun) ou gaz, en mettant tout d’abord en valeur les marques françaises qui se sont spécialisées dans la fabrication et la commercialisation d’équipements et accessoires Airsoft.

Première règle : Oubliez tous les sites (souvent asiatiques) avec des prix vraiment cassés, les répliques sont souvent très belles et performantes sur la toile, mais dans la réalité, les pièces sont peu fiables et vraiment pas conçues pour durer. En outre, si vous souhaitez retourner le produit ou vous faire rembourser, l’affaire s’avérera très compliquée voire impossible…

Voici donc une sélection de marques qui ne décevront pas les amateurs :

Si vous privilégiez les marques françaises et êtes un consommateur plutôt chauvin, voici une marque qui répondra à vos attentes : BO Manufacture. Les répliques construites par la marque sont de grande qualité et d’un haut niveau de fiabilité. Vous trouverez une petite sélection de répliques longues ici. BO Manufacture propose également à la vente des chargeurs, des accessoires pour vos répliques, de quoi les upgrader, mais aussi de l’équipement et des billes bien sûr !

Autre marque française à découvrir : Cybergun, une marque qui n’en finit pas de se développer depuis 20 ans, avec plus d’une vingtaine de licences exclusives mondiales (comme le Glock, Colt…). Vous trouverez ici une petite sélection de modèles allant du fusil à pompe à la réplique Taurus en passant par le fusil de sniper.

Place à l’Europe à présent avec ASG, une marque d’origine danoise qui propose de nombreuses répliques type répliques de poing ou longues, elle dispose d’un grand nombre de licence de modèles. ASG propose en outre une quantité d’accessoires de qualité dédiés au Airsoft (viseurs, batteries, chargeurs…).

Umarex, marque allemande, est reconnue par les passionnés pour la qualité de ses répliques, quel que soit le niveau de jeu que vous avez atteint. Les répliques de poing sont de vrais petits bijoux que vous apprécierez particulièrement avoir entre les mains…

Et enfin, comment faire l’impasse sur la légendaire marque Tokyo Marui ? LE créateur de l’Airsoft, celui qui a permis à l’airsoft de se développer et devenir un loisir mondialement reconnu et pratiqué. Cette marque, forte de presque 50 ans d’expérience, a largement mérité sa réputation d’excellence en la matière : fiabilité, design, finitions parfaites, toutes les qualités sont réunies pour asseoir sa position de leader sur le marché.

Airsoft, électrique ou gaz ?

0

Pour que vos billes soient propulsées, votre réplique nécessite un système au gaz ou électrique. Le choix de l’un ou l’autre conditionnera votre manière de jouer, mais aussi d’entretenir vos répliques.

Electrique ou à gaz, comment ça fonctionne?

Les répliques à gaz actuelles, type armes de poing à culasse mobile (GBB) utilisent du gaz sous forme liquide (à la manière d’un briquet) contenu dans un petit réservoir situé dans le chargeur du pistolet.

Même si ce principe peut paraître un peu artisanal, il est très facile d’utilisation. Pourtant, il demeure, pour son plus grand inconvénient, très sensible aux variations de températures  et dangereux à cause de son inflammabilité.

Les répliques fonctionnant au CO2 représentent la seconde catégorie de répliques au gaz. Cette fois-ci, ce sont des sparclettes qui servent de réservoir. Le CO2 supporte davantage les variations de température et en général, la réserve de tir est supérieure.

Les répliques électriques nécessitent un piston et un ressort pour comprimer l’air. La propulsion des billes peut se faire manuellement, en réarmant la culasse à la main à chaque fois (pour les répliques appelées « spring » ou « bolt »), ou elle peut s’effectuer de manière électrique avec les répliques AEG (Automatic Electric Gun) et AEP (Automatic Electric Pistol).

La grande majorité des répliques longues sont électriques, parce que peu coûteuses en terme d’énergie (c’est une batterie rechargeable sur secteur qui leur permet de fonctionner), et les joueurs apprécient les tirs de billes en rafales lors des parties.

D’un point de vue un peu plus technique, la batterie alimente un moteur qui entraîne trois mécanismes (situés dans une partie nommée la « Gear box ») qui permettent au piston de reculer et donc d’envoyer l’air qui propulsera les billes.

Alors, que choisir ? Le gaz ou l’électricité?

Choisir l’électrique : Leur point faible pour les joueurs les plus passionnés, c’est qu’elles manquent de réalisme en pleine partie lorsqu’elles n’ont pas un système de recul de la culasse. Autre inconvénient, la batterie peut se montrer peu fiable quand il fait froid. Investissez dans un matériel de qualité pour éviter les déconvenues en partie.

En revanche, les répliques électriques sont vraiment idéales pour les joueurs qui ne souhaitent pas passer leurs week-ends à nettoyer, entretenir et « bichonner » leur matériel puisqu’à part le canon, il n’est pas nécessaire de les démonter pour allonger leur durée de vie. Fiables, les AEG sont sans aucun doute un investissement rentable puisqu’elles ne sont pas onéreuses à l’achat, à condition que vous achetiez du matériel de qualité, et sont conçues pour durer dans le temps.

Choisir le gaz : A l’inverse des répliques électriques, les répliques CO2 ou gaz nécessitent de leurs utilisateurs un soin particulier. Il vous faudra les nettoyer, les entretenir régulièrement. Autres inconvénients majeurs liés à l’utilisation même du gaz : le conditionnement et les températures. Qu’il s’agisse des sparclettes de CO2 ou des recharges en bouteille, il faut en acheter en nombre suffisant pour ne pas tomber à court d’énergie en pleine partie, mais aussi le joueur doit penser à les avoir à portée de main. D’autre part, le gaz est assez sensible aux températures froides et les répliques peuvent se montrer défaillantes en plein hiver.

En revanche, ce que tous les utilisateurs de répliques fonctionnant au gaz savourent, c’est le réalisme ! En général celles-ci sont plus « pêchues » et vraiment proches de l’arme originale en terme de sensations !